Les europhiles se réunissent contre le «Brexit»

LondresEn vue du referendum sur l'appartenance de la Grande-Bretagne à l'UE, plusieurs politiciens de gauche et de droite ont lancé une campagne.

L'homme d'affaires Stuart Rose a lancé la campagne du mouvement «Britain Stronger in Europe».

L'homme d'affaires Stuart Rose a lancé la campagne du mouvement «Britain Stronger in Europe». Image: Andy Rain/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après les eurosceptiques, les europhiles britanniques se sont mis à leur tour en ordre de bataille lundi pour défendre le maintien du Royaume-Uni dans l'Union Européenne. Ils ont l'appui de trois anciens Premiers ministres.

Les opposants au maintien dans l'Union européenne avaient pris les devants cet automne pour revendiquer leur désir de «Brexit» (British exit). Ils ont désormais un adversaire officiel, baptisé «Britain Stronger in Europe».

Vote prévu au plus tard fin 2017

Ce mouvement rassemblant des personnalités de tous bords a lancé sa campagne lundi à Londres en vue du référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni au bloc européen prévu d'ici fin 2017 au plus tard.

Pour essayer de contrer les partisans de la sortie de l'UE, devenus très visibles, «Britain Stronger in Europe» a recruté quelques têtes d'affiche, dont trois anciens Premiers ministres. Le conservateur John Major se retrouve ainsi aux côtés des anciens frères ennemis travaillistes Tony Blair et Gordon Brown.

Stuart Rose

Aucun des trois n'était cependant présent au lancement de la campagne à la Truman Brewery, qui était l'une des plus grandes brasseries au monde au 19e siècle. C'est donc Stuart Rose, ancien patron des magasins Marks&Spencer promu leader de la campagne pro-UE, qui a été chargé de dire au pays que la Grande-Bretagne se portait «mieux dans l'UE» et que le risque de partir était «trop grand».

«Allons-nous choisir d'être plus forts dans une économie qui offre des opportunités pour l'avenir et une prise sur les événements? Ou allons-nous choisir l'affaiblissement, le saut dans l'inconnu et la perte de notre influence qui mettra en péril notre économie et notre sécurité ?», a-t-il plaidé.

«Nous sommes plus forts, plus riches et plus en sécurité dans l'Europe que nous ne le serions tout seuls», a ajouté l'ancien homme d'affaires, qualifiant le référendum de «vote le plus important d'une génération».

Promis par le Premier ministre conservateur David Cameron sous la pression du parti europhobe Ukip et de l'aile eurosceptique de son propre parti, le référendum doit avoir lieu d'ici fin 2017 au plus tard. De nombreux politiciens estiment que le rendez-vous pourrait être avancé à 2016.

Renégociations

David Cameron, qui est entré dans une phase de renégociation avec ses partenaires européens, continue à dire qu'il militera pour le maintien du Royaume-Uni dans une UE réformée. Cependant, il dit aussi il n'exclut «rien» s'il n'obtient pas les concessions voulues.

Le Premier ministre doit déjeuner jeudi à Bruxelles avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker pour un bilan d'étape. Interrogé sur le lancement de la campagne pro-UE, son porte-parole a déclaré lundi que l'important était d'avoir «un débat sérieux et argumenté».

Les sondages, aux résultats très contrastés, ont cependant montré ces dernières semaines un resserrement des intentions de vote, alors que le maintien dans l'UE était en tête depuis quelques années. Début septembre une étude de l'institut Survation indiquait même que les Britanniques étaient majoritairement favorables à un «Brexit». (ats/nxp)

Créé: 12.10.2015, 15h42

Articles en relation

Londres annonce le prix à payer pour la garder dans l'UE

Brexit David Cameron a dressé une liste d'exigences à satisfaire pour que le Royaume-Uni reste au sein de l'Union européenne, rapporte le «Sunday Telegraph». Plus...

Le leader du UKIP appelle à l'unité du camp du non à l'Europe

Royaume-Uni Lors du congrès annuel du parti europhobe britannique, Nigel Farage a discuté du référendum sur l'appartenance à l'UE. Plus...

Cameron pessimiste sur les négociations avec l'UE

Royaume-Uni Pas sûr d'obtenir les aménagements souhaités du «contrat» entre le Royaume-Uni et l'Europe, le Premier ministre n'exclut plus une sortie de l'Union. Plus...

Cameron défié par les eurosceptiques du UKIP

Grande-Bretagne Nigel Farage, leader du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni, a lancé hier sa campagne. Un os pour le premier ministre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 23 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...