Un ex-dirigeant de Spanghero en détention provisoire

Viande de chevalLe directeur général de Spanghero, l'entreprise impliquée dans le scandale de la viande de cheval vendue pour du boeuf, a été mis en examen notamment pour «escroquerie en bande organisée».

Spanghero, à Castelnaudary, a été accusée par le gouvernement d’avoir trompé ses clients en revendant sciemment de la viande de cheval pour du boeuf.

Spanghero, à Castelnaudary, a été accusée par le gouvernement d’avoir trompé ses clients en revendant sciemment de la viande de cheval pour du boeuf. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un des anciens dirigeants de l’ex-entreprise Spanghero de Castelnaudary (Aude) a été placé mardi en détention provisoire, a indiqué une source proche du dossier. Il est poursuivi dans l’enquête sur le scandale de la viande de cheval vendue pour du boeuf.

Jacques Poujol, qui était le directeur général de Spanghero, a été mis en examen vendredi, notamment pour «escroquerie en bande organisée», «tromperie sur une marchandise entraînant un danger pour la santé de l’homme ou de l’animal» ou encore «faux et usage de faux».

Jacques Poujol était dans les faits le directeur général de Spanghero, même s’il opérait officiellement sous contrat de consultant le liant avec la coopérative Lur Berri, propriétaire de Spanghero. «Aux yeux de tous, salariés, clients, fournisseurs, c’était lui le patron», selon un connaisseur du dossier.

Ancien directeur du site, Patrice Monguillon a également été mis en examen vendredi, mais il est demeuré libre sous contrôle judiciaire. MM. Poujol et Monguillon sont les deux premières personnes mises en examen dans cette enquête instruite à Paris.

Du cheval pour du boeuf

Spanghero est au coeur d’une affaire qui, partie en février de Grande-Bretagne et d’Irlande, a mis en lumière certains agissements de l’industrie agroalimentaire et signalé l’opacité de ses circuits d’approvisionnement.

L’entreprise a été ouvertement accusée par le gouvernement d’avoir trompé ses clients en revendant sciemment de la viande de cheval pour du boeuf. La viande a ensuite servi à la préparation de millions de plats cuisinés, comme des lasagnes, pour des marques comme Findus ou la grande distribution.

Entreprise en danger

Spanghero, qui comptait 360 salariés auparavant, ne s’est jamais vraiment remise du scandale. Lur Berri l’a vendue. Elle a été mise en liquidation judiciaire et a craint pour sa survie avant d’être reprise par l’un de ses fondateurs, Laurent Spanghero, et deux partenaires, qui l’ont rebaptisée La Lauragaise. Ils se sont engagés à sauvegarder 90 emplois pendant au moins deux ans. (ats/afp/nxp)

Créé: 17.09.2013, 19h10

Articles en relation

Deux cadres de Spanghero mis en examen en France

Viande de cheval Deux cadres de l'ancienne société Spanghero, au coeur du scandale de la viande de cheval vendue comme du boeuf, ont été mis en examen vendredi. Plus...

Huit cadres de l'ex-Spanghero ont été interpellés

Viande de cheval L'enquête sur le scandale de la viande de cheval vendue pour du boeuf a conduit à l'arrestation de huit cadres de Spanghero pour «tromperie simple et tromperie aggravée». Plus...

Spanghero restera dans le giron familial

France Le tribunal de commerce de Carcassonne a retenu vendredi l'offre de reprise du fondateur de l'entreprise Spanghero, Laurent Spanghero, qui s'est engagé à sauver 90 des 230 emplois de cette entreprise. Plus...

Spanghero supprime 240 emplois

Lasagnes au cheval L'entreprise Spanghero, au cœur du scandale de la viande de cheval, a annoncé la suppression de 240 emplois. Une reprise partielle du personnel est toutefois envisagée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.