L'Exposition universelle en passe de gagner son pari

MilanMalgré un lancement poussif, la manifestation devrait atteindre voire dépasser les 20 millions de visiteurs visés.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Exposition universelle de Milan semble en passe de gagner son pari au niveau de la fréquentation. Mais des doutes subsistent sur sa contribution aux problématiques de l'alimentation mondiale et sur l'avenir du site. La manifestation ferme ses portes samedi.

Après une préparation marquée par des scandales de corruption et des retards, un départ poussif, il y a six mois, assombri par des protestations entachées de violence, l'événement a vu sa cote s'améliorer au fil du temps. Il a même terminé sur un véritable sprint de visiteurs.

Cinq heures d'attente

L'affluence a grimpé en flèche au cours des dernières semaines, provoquant certains jours des pics d'attente de plus de cinq heures devant les pavillons les plus réputés comme celui du Japon, de l'Italie ou du Kazakhstan. Certains samedis, le site a vu défiler plus de 250'000 personnes.

Dédiée à l'alimentation avec le thème «Nourrir la planète, énergie pour la vie», l'Expo a accueilli des politiques comme le président russe Vladimir Poutine ou la Première dame américaine Michelle Obama. Des artistes, des hommes d'affaires et des scientifiques se sont également rendus sur place.

«Chevauchée triomphale»

De quoi atteindre in extremis et sans doute même dépasser quelque peu l'objectif déclaré de 20 millions de visiteurs. Une «chevauchée triomphale», a tranché le chef du gouvernement Matteo Renzi.

De quoi même nourrir quelques regrets à l'heure de baisser le rideau. «Je serais le premier à souhaiter prolonger la manifestation, mais techniquement c'est impossible», a souligné, la semaine dernière, l'homme-orchestre de l'événement, le commissaire Giuseppe Sala.

«La fermeture est confirmée pour samedi à contrecoeur», a ajouté celui qui est devenu, au fil des mois, une vedette locale. Giuseppe Sala est même pressenti à la mairie de Milan.

Le PIB en profite

La cité en effet se frotte les mains. Le nombre de touristes a bondi de 35% en septembre à 910'000 visiteurs. Et cette tendance va durer grâce aux gains de notoriété acquise tout au long de la manifestation veut-on croire à l'Hôtel de ville.

«Ayant appris du fiasco allemand (de l'Exposition universelle de Hanovre en 2000), l'Italie n'avait pas fait de promesses excessives» en termes de fréquentation, relève l'assureur-crédit Euler Hermes, filiale de l'assureur allemand Allianz. Il s'agit de l'un des sponsors de ce grand rendez-vous.

A court terme, le pays devrait en retirer un gain de produit intérieur brut (PIB) de 0,1 point pour l'année 2015 et des recettes touristiques de 6 milliards d'euros (6,5 milliards de francs). Mais il risque aussi de subir des faillites en série, entre 1000 et 3000, dans les secteurs les plus «Expo-dépendants» comme la construction, estime l'étude.

Avenir flou

D'une superficie d'un million de mètres carré, le site s'apprête désormais à aborder une phase de transition, souvent délicate pour les événements de ce genre. L'avenir est en effet bien flou.

Le démantèlement des infrastructures devra théoriquement s'achever à la mi-2016 pour laisser la place à une «cité de la recherche et de l'innovation». Le transfert de plusieurs facultés scientifiques de l'Université de Milan et d'incubateurs d'entreprises est, d'ailleurs, prévu.

M. Renzi a promis l'appui du gouvernement. Il s'est aussi engagé à dévoiler des réponses concrètes lors d'un déplacement à Milan le 10 novembre.

Avis divergents

Quant à la postérité du message que laissera l'Expo, elle fait débat. Celui-ci se trouve synthétisé dans la longue «Charte de Milan» aux accents humanistes.

Pour le ministre italien de l'Agriculture Maurizio Martina, l'événement a contribué à «éveiller l'intérêt, l'engagement et la curiosité de millions de personnes aujourd'hui plus conscientes de leurs responsabilités et de leurs devoirs face aux grandes questions démocratiques que nous pose l'accès à la nourriture».

Si les enfants ont apprécié les installations, nombre d'adultes se sont déclarés déçus sur le plan du contenu. Ils l'ont jugé superficiel et souvent marqué par les intérêts de nombreuses multinationales, sponsors de la manifestation, ou de pays peu regardants en matière d'environnement.

Le «flambeau» de l'Expo passe à présent aux mains du Kazakhstan et des Emirats arabes unis. Ceux-ci organiseront respectivement une Exposition internationale à Astana en 2017 et une Exposition universelle à Dubaï en 2020. (ats/nxp)

Créé: 26.10.2015, 15h43

Articles en relation

Un magazine décerne un prix au pavillon suisse

Milan «Exhibitor» estime que c'est l'installation helvétique qui offre la meilleure interprétation de l'Expo de Milan. Plus...

A Milan, Vaud s’est niché entre folklore et insolite

Séduction Le fromage et Bastian Baker ont côtoyé l’approche intellectuelle à l’Expo Milano 2015. Plus...

Les Vaudois se «vendent» à Milan

Expo universelle Une délégation vaudoise emmenée par cinq conseillers d'Etat s'est rendue ce lundi à Milan où le canton se présente comme «terre des sens». Plus...

«La faim est une arme et la nourriture un outil de paix»

Expo de Milan Ce mercredi est la journée mondiale de l'aide humanitaire. L'exposition universelle de Milan appelle à la solidarité humaine. Plus...

Le pavillon suisse a attiré plus d'un million de visiteurs

Expo de Milan Samedi, le pavillon suisse de l'Expo de Milan a reçu son millionième visiteur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.