Une Femen cible le président sortant

République tchèqueUne militante des Femen s'est ruée sur le président prorusse sortant dans son bureau de vote, le qualifiant de «putain de Poutine».

La militante des Femen a été placée en détention pour 48 heures. (Image - vendredi 12 janvier 2018)

La militante des Femen a été placée en détention pour 48 heures. (Image - vendredi 12 janvier 2018) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président tchèque Milos Zeman, qui brigue un second mandat, a été la victime vendredi d'une action de Femen, visant à dénoncer ses positions pro-russes.

Alors qu'il s'apprêtait à voter, une jeune militante aux seins nus s'est soudainement ruée sur lui. Vêtue seulement d'un jean, elle a crié plusieurs fois «Zeman - Putin's slut» (Zeman, putain de Poutine), avant d'être rapidement maîtrisée par les gardes du corps du chef de l'Etat. Le même slogan était également inscrit sur la poitrine de la femme, qui s'était cachée au milieu des journalistes avant l'arrivée du président.

Visiblement ébranlé, l'homme politique de 73 ans, de santé fragile et qui marche avec une canne, a aussitôt quitté le bureau de vote, accompagné de son épouse Ivana. Il y est revenu au bout de quelques minutes, déjà ressaisi et de bonne humeur, affirmant qu'il se sentait «honoré par le fait d'être attaqué par le mouvement Femen, qui s'en était pris également au pape».

Une Ukrainienne

«Malgré le mouvement Femen», a-t-il affirmé, souriant, en plaçant son bulletin de vote dans l'urne.

Femen, groupe féministe radical d'origine ukrainienne présent dans plusieurs pays, a confirmé l'acte de sa militante, indiquant qu'il s'agissait d'une Ukrainienne. Celle-ci a été placée en détention pour 48 heures et risque d'être traduite devant la justice, pour trouble à l'ordre public, selon la police.

C'est «difficile à dire si cet incident peut éventuellement aider en fin de compte Milos Zeman. Mais beaucoup de gens sur les réseaux sociaux s'expriment en sa faveur, et pas seulement ses électeurs», a constaté le politologue Jiri Pehe, interrogé par l'AFP. (ats/nxp)

Créé: 13.01.2018, 00h24

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...