Pourquoi le FN n'est pas le premier parti de France

FranceLe parti de Marine Le Pen est le seul en dynamique électorale. Mais cela n'en fait pas le premier parti de France sur de nombreux critères.

Marine Le Pen, présidente du FN, était l'invitée du 20h de TF1 mardi soir.

Marine Le Pen, présidente du FN, était l'invitée du 20h de TF1 mardi soir. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Front national revendique le titre de premier parti de France à l'issue du premier tour des régionales qui l'a mis en tête dans six régions de France. Peut-on le dire ainsi? Si on peut expliquer sans sourciller que le FN est le vainqueur du premier tour et le seul parti politique français en dynamique électorale (un million de voix en plus aux régionales qu'aux départementales), cela n'en fait pas pour autant le premier parti de France. Il y a en effet différentes manières de mesurer la «puissance» d'un parti par rapport aux autres. Mais une élection gagnée (à moitié, reste le second tour) ne fait en aucun cas d'un parti le premier du pays. Et il ne s'agit pas là de minorer la victoire du parti de Marine Le Pen.

Si on s'en tient d'abord au nombre d'électeurs qui ont voté FN le 6 décembre, soit 6 millions, auquel on peut ajouter les voix qui se sont porté sur les listes d'extrême droite dissidentes, c'est à peu près le même total de voix que celui des listes Républicains et divers droite. C'est à 400 000 voix près le score de Marine Le Pen à la présidentielle de 2012. Ce qui montre évidemment une progression car les régionales sont beaucoup moins mobilisatrices qu'une présidentielle, le scrutin central de la vie politique française. Cependant, reconnaissons que 6 millions sur 45 millions d'inscrits, c'est peu. C'est évidemment le parti des abstentionnistes qui a dominé cette élection avec 22 millions de Français qui sont restés chez eux. Les abstentionnistes sont le premier «parti de France», disent souvent les commentateurs politiques.

Moins d'adhérents

Le premier critère de puissance pour un parti, c'est le nombre d'adhérents. S'il est en chute dans les deux partis de gouvernement, les Républicains et le Parti socialiste, on est encore autour de 160 000 cartes, même si la transparence n'est pas totale sur ces chiffres. Quoi qu'il en soit, le Front national est très loin derrière avec 50 000 adhérents environ.

Un autre critère est le nombre d'élus à l'assemblée, au sénat, dans les conseils régionaux et cantonaux ainsi que dans les municipalités. Si le FN a fait entrer plusieurs élus: deux à l'assemblée, deux sénateurs, 1500 conseillers municipaux (sur 530 000), 11 mairies (sur 36 000) quelques-uns dans les départements, on est là aussi très loin des chiffres d'élus du Parti socialiste, des Républicains et même des Verts ou du Parti communiste.

Si on adopte un autre critère, celui de l'histoire récente, le parti de Marine Le Pen progresse depuis plus de 40 ans et particulièrement dans la dernière période marquée par une volonté de polir les propos tenus, même si les idées forces demeurent les mêmes. Mais il est encore loin de marquer la vie politique du pays, comme le font d'autres mouvements populistes en Europe qui dirigent depuis des années leur pays, comme le Fidesz de Viktor Orban en Hongrie ou le PiS en Pologne. Le seul moment où il s'est trouvé en position de participer au second tour de la présidentielle, c'était en 2002, quand le candidat FN Jean-Marie Le Pen a fait 18% au second tour face à Jacques Chirac. Mais il est certain qu'un second tour avec Marine Le Pen verra ce score progresser largement.

Premier parti chez certains

Sur le plan des idées, le parti frontiste a su imposer ses thèmes. C'est indéniable. Et leur reprise (identité, immigration notamment) par Nicolas Sarkozy durant sa présidence puis par François Hollande après les attentats (rétablissement du contrôle aux frontières et possible déchéance de nationalité pour les djihadistes) n'a fait qu'amplifier l'écho donné à ces thématiques traditionnelles de l'extrême droite et conforter les électeurs dans l'idée que «Marine avait raison». On peut dire que sur le plan des sujets de débat, le FN a su les rendre centraux. Mais sans la caisse de résonnance de la droite (sous la pression des militants et sympathisants de l'UMP à l'époque) et des faits (crise migratoire et attentats), ils n'auraient pas occupé la première place dans les préoccupations des Français.

De fait, c'est parce que le Front national n'est pas le premier parti de France, qu'il attire de plus en plus de Français qui expriment un rejet du système politique traditionnel d'alternance de deux familles politiques qui monopolisent la vie publique depuis longtemps. C'est parce qu'il incarne un possible changement, qu'il est un outsider que le FN séduit des électeurs lassés de voir leur situation se dégrader et des hommes politiques qui trahissent systématiquement leurs promesses. Il n'est pas certain que le Front national fasse mieux. Les nouveaux électeurs d'ailleurs le disent.

En revanche, ce qui est vrai, c'est que le Front national est devenu le premier parti ouvrier de France mais aussi des artisans et commerçants (autour de 40% des intentions de vote dans ces catégories). Il est aussi devenu le premier parti chez les jeunes (40% également). Et cela devrait faire réfléchir les partis de gauche.

Créé: 09.12.2015, 10h59

Articles en relation

Le Front National en tête dans la moitié des régions

France Editorial Les Régionales ont placé le FN plus que jamais au centre de la vie politique. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.