Les forages près des plages mettent Matteo Renzi à l'épreuve

ItalieLes Italiens se prononcent dimanche sur les forages offshore. Matteo Renzi espère couler le scrutin grâce à l’abstention.

Matteo Renzi

Matteo Renzi Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Faut-il abroger la nouvelle loi qui permet aux sociétés pétrolières et gazières d’exploiter jusqu’à leur épuisement les gisements situés à moins de 22 km des côtes? C’est à cette question que les Italiens devront répondre dimanche, à l’initiative de neuf régions littorales du pays.

L’Emilie-Romagne est la plus concernée par le référendum. Elle concentre 47 des 92 plates-formes situées à moins de 22 km des côtes. Dans l’Adriatique, celles-ci sont particulièrement proches du littoral: l’une d’elles est même à moins de 2 km. L’ONG Greenpeace avance que les moules de la région de Ravenne contiennent des traces de métaux lourds et d’hydrocarbures, ce que nient les conchyliculteurs. Mais le secteur génère aussi des milliers d’emplois, ce qui inquiète beaucoup la région.

«L’occasion de montrer que l’Italie fait le choix des énergies renouvelables»

Soutenu par les écologistes, qui y voient «l’occasion de montrer que l’Italie fait le choix des énergies renouvelables», comme le martèle l’organisation Legambiente en Emilie-Romagne, le scrutin s’annonce gênant pour Matteo Renzi. Le voilà placé dans une position où, opposé aux partisans du oui, il se rallie de fait aux grands groupes pétroliers.

Perte de 11'000 emplois

La nouvelle loi, entrée en vigueur au début de l’année et qui permet une exploitation sans limites des champs gaziers, avait déjà été dénoncée par les organisations écologistes comme un cadeau à l’industrie du pétrole. Le président du Conseil a dès lors appelé à plusieurs reprises à l’abstention vis-à-vis d’un scrutin qui n’est pas, souligne-t-il, une consultation sur les engagements en matière de politique énergétique durable de l’Italie. Il a répété jeudi son message sur son blog: «Les partisans du référendum disent que c’est un scrutin sur un modèle de développement; en réalité, si on ferme les plates-formes en fonction, on fera perdre 11 000 postes de travail et ça ne fera que faire augmenter notre dépendance pour l’approvisionnement en gaz envers les pays arabes ou la Russie», avance-t-il. Si moins de 50% des Italiens se rendent aux urnes, cela invalidera le scrutin, un scénario d’ailleurs probable.

Le scrutin a offert de nouvelles opportunités de critiques aux opposants à Matteo Renzi, alors que se profilent en juin les élections locales partielles. Son appel à s’abstenir d’aller voter, d’ailleurs relayé par l’ex-président de la République Giorgio Napolitano, fait polémique, plusieurs partis jugeant inacceptable qu’un président du Conseil puisse appeler le peuple à ne pas remplir ses obligations civiques.

Par ailleurs, il est difficile pour Matteo Renzi de ne point apparaître comme nageant à contre-courant. La France, par peur d’un accident, a décidé le 8 avril d’appliquer un moratoire «immédiat» sur les permis de recherche d’hydrocarbures dans ses eaux territoriales en Méditerranée. Ségolène Royal a en outre dit vouloir œuvrer pour que cela s’étende à l’ensemble de la Méditerranée.

Pour ne rien arranger, il y a quinze jours, la ministre italienne du Développement économique, Federica Guidi, avait été contrainte à la démission, car son compagnon, qui travaille dans le secteur pétrolier, est soupçonné d’avoir profité de cette relation pour favoriser les intérêts du groupe Total.

Créé: 15.04.2016, 16h52

Une Méditerranée très convoitée

A l’échelle mondiale, l’exploitation d’hydrocarbures (pétrole et gaz) reste modeste en mer Méditerranée, mais ses réserves, qui représentent 4,6% des réserves planétaires, aiguisent les appétits et met en alerte les organisations de défense de l’environnement. «Les contrats d’exploration couvrent actuellement 23% de la surface de la Méditerranée», s’alarme le WWF, dans une étude sur la santé de cette mer fermée parue en septembre 2015, en partenariat avec le gouvernement français. L’Italie est le premier exploitant européen d’hydrocarbures en Méditerranée – loin derrière l’Egypte – et l’exploitation se concentre surtout sur le gaz naturel. Les forages concernés par le scrutin ne représentent toutefois qu’une goutte dans l’approvisionnement du pays: 3% pour le gaz, 1% pour le pétrole.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.