Passer au contenu principal

Qui forme la garde rapprochée d'Emmanuel Macron?

Les membres clés de l’équipe du candidat d’En Marche! sont de jeunes loups et de vieux briscards.

Emmanuel Macron a su fédérer autour de lui une équipe présentant une grande variété de profil.
Emmanuel Macron a su fédérer autour de lui une équipe présentant une grande variété de profil.
Francesco Gattoni

Il y a le gros des troupes, les «marcheurs», de jeunes gens issus de la société civile, qui ont interrogé les Français et collé des affiches. Et il y a la garde rapprochée, faite de jeunes technocrates et de politiques aguerris. Autour du chef, quelques grognards sont les figures rassurantes du jeune candidat: Gérard Collomb, le maire de Lyon, son plus fidèle soutien; François Bayrou, l’allié centriste du MoDem; Jean-Paul Delevoye, ancien ministre de droite, chargé des investitures aux législatives; François Patriat, sénateur PS, ou encore Jean-Yves Le Drian, respecté ministre de la Défense de François Hollande. Au plus proche, il y a aussi le premier député PS à avoir rallié En Marche!, Richard Ferrand, élu aubryste du Finistère, qui pourrait devenir le futur premier ministre d’Emmanuel Macron.

Parmi les soutiens politiques, on trouve aussi des écologistes réalistes comme Corinne Lepage, Barbara Pompili, première «ralliée» du gouvernement Valls, François de Rugy, Jean-Paul Besset et Matthieu Orphelin, ex-porte-parole de Nicolas Hulot, ou d’anciens parlementaires des Républicains, tels que Renaud Dutreuil ou Jean-Baptiste Lemoyne. D’autres, technocrates ou élus qui l’ont rejoint, sont des orphelins de la candidature de Dominique Strauss-Kahn en 2007. C’est le cas de son porte-parole Benjamin Griveaux, député de Saône-et-Loire, de son stratège, Ismaël Emélien, ou encore de Sibeth Ndiaye, sa chargée de presse, déjà à Bercy.

A l’intendance, Jean-Pisani-Ferry, ex-commissaire général de France Stratégie rattaché à Matignon, a établi les grandes orientations du programme économique. Tandis que parmi les lieutenants, plus jeunes – entre 30 et 40 ans – beaucoup sont passés par le Ministère de l’économie et des finances. C’est le cas de ses conseillers politiques, Stéphane Séjourné, 31 ans, Sophie Ferraci, 40 ans, et Julien Denormandie, 36 ans. D’autres viennent du cabinet de grandes mairies, comme Pierre-Olivier Costa à Paris ou Jean-Marie Girier à Lyon.

L'économie aussi de la partie

Le monde de l’entreprise est aussi bien représenté avec Françoise Holder, cofondatrice des boulangeries Paul et des macarons Ladurée, une des neuf déléguées nationales d’En Marche!, Anne-Marie Idrac, ex-patronne de la RATP et de la SNCF et ex-ministre de Chirac. Déléguée générale à l’Emploi et à la Formation professionnelle, Catherine Barbaroux est une autre déléguée nationale d’En Marche! Comme Axelle Tessandier, entrepreneuse d’une start-up du numérique. Et pour soutenir le projet formation et assurance-chômage, le candidat peut compter sur Jean Bassères et Thomas Cazenave, directeur et adjoint de Pôle emploi.

Enfin, il y a tous ceux qui ont appelé à voter dès le 1er tour pour le candidat d’En Marche! mais qui ne joueront aucun rôle, d’Alain Madelin, pour le plus libéral, à Robert Hue, ex-secrétaire du Parti communiste.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.