La France lance les travaux du village olympique

Paris 2024Cinq ans avant les JO, le gouvernement français a démarré le chantier du futur village olympique qui accueillera 15'000 athlètes et officiels en 2024.

Édouard Philippe et la ministre des sports Roxana Maracineanu ce lundi.

Édouard Philippe et la ministre des sports Roxana Maracineanu ce lundi. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement français a donné lundi le coup d'envoi du chantier du village olympique des JO 2024 qui accueillera les athlètes aux portes de Paris, en Seine-Saint-Denis, le département le plus pauvre de France métropolitaine.

À l'issue d'un chantier de trois ans, le site de 51 hectares accueillera près de 15'000 athlètes et officiels en 2024 avant d'être reconfiguré en un nouveau quartier, comptant plus de 3000 logements en 2025.

Cinq ans avant les JO, le premier ministre français Édouard Philippe a déjà défendu l'héritage de ces Jeux, à la facture prévisionnelle de 6,8 milliards d'euros à ce stade, dont 1,5 milliard de dépenses publiques, en mettant en avant leur utilité pour le territoire et la population. «Si on veut qu'ils soient réussis, il faut que toute cette organisation, ces financements, cette mobilisation, ne disparaissent pas au moment où la flamme olympique va s'éteindre. Il faut que tout ça dure», a-t-il martelé.

Protestations

Localement, des protestations s'élèvent déjà contre le projet de village olympique qui promet de raser une zone accueillant plus d'une vingtaine d'entreprises, trois écoles, un hôtel, une résidence étudiante et un foyer de travailleurs étrangers.

«Cela fait 40 ans que nous sommes là et il n'y a plus de place pour nous, c'est insultant», déplore Boubacar Diallo, représentant des résidents du foyer de travailleurs étrangers de Saint-Ouen sur lequel a été accrochée une large banderole «En lutte pour un relogement digne».

En remplacement, deux nouvelles résidences doivent voir le jour en 2022. Mais les résidents refusent le relogement provisoire proposé par l'établissement public chargé des chantiers des JO.

Dans la ville voisine de Saint-Denis, certains habitants craignent aussi des nuisances en raison de la concentration, dans une zone restreinte, de la future piscine olympique, la plus grande gare de la métropole de Paris, l'enfouissement des lignes à haute tension, le mur antibruit d'une rocade et l'aménagement des berges de Seine. (afp/nxp)

Créé: 04.11.2019, 15h38

Articles en relation

Le site de la Tour Eiffel piétonnisé d'ici 2024

France Les voitures ne pourront plus accéder au pont d'Iéna d'ici 2024 et le site de la Tour Eiffel laissera place à un «jardin extraordinaire». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.