Passer au contenu principal

Pourquoi la France résiste tant au mariage gay

Directeur du Centre d'étude des mouvements sociaux, Albert Ogien analyse la résistance au mariage pour tous en France, alors que le vote final a lieu ce mardi 23 avril.

Mardi 23 avril, l'Assemblée nationale française procède à un vote solennel sur le mariage pour tous, fin de la procédure d'adoption de la nouvelle loi.
Mardi 23 avril, l'Assemblée nationale française procède à un vote solennel sur le mariage pour tous, fin de la procédure d'adoption de la nouvelle loi.
AFP
Ici une manifestation d'opposants dimanche 21 avril à Paris.
Ici une manifestation d'opposants dimanche 21 avril à Paris.
AFP
Une manifestation à Bogota. La Colombie reconnaît depuis 2011 les unions civiles.
Une manifestation à Bogota. La Colombie reconnaît depuis 2011 les unions civiles.
AFP
1 / 9

Chercheur au Centre national de la recherche scientifique et directeur du Centre d'étude des mouvements sociaux à Paris, Albert Ogien décrypte pour Redaktion Tamedia la résistance française à la nouvelle loi qui sera entérinée ce mardi par l'Assemblée nationale.

Redaktion Tamedia – Pourquoi est-ce si difficile de faire passer la loi du mariage pour tous en France, alors que des pays traditionnellement encore plus catholiques comme l'Espagne ou le Portugal, l'ont adoptée respectivement en 2005 et en 2010? Albert Ogien – On l'a oublié, mais le gouvernement de Zapatero a rencontré une vive opposition en Espagne. Cela dit, le contexte temporel est infiniment différent: en Espagne, on était dans la movida, la libération des mœurs. Le contexte économique était au boom immobilier. Tout l'inverse de ce que connaît la France actuellement avec une désindustrialisation endémique et un taux de chômage inquiétant. Les crispations s'expriment dans ce contexte morose. Par ailleurs, le poids du catholicisme dans l'Hexagone et sa volonté de manifester sa puissance explique largement la résistance.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.