Francesca Chaouqui, la «femme du pape» qui fait scandale

PolémiquePose de star, physique parfait, cheveux au vent et blouson de cuir à glissière: Francesca Chaouqui, la nouvelle assistante du pape à la commission des finances du Vatican, ne laisse pas indifférent.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Son côté glamour et sa plastique font que Francesca Chaouqui ne ressemble pas à une employée ordinaire, et encore moins à une employée du Vatican. Déjà parce qu’il ne vient pas à l’idée que des femmes puissent y travailler, sauf en tant que femme de ménage ou cuisinière.

Or la belle jeune femme est avocate et c’est le pape François lui-même qui l’a nommée à la commission des finances du Vatican, formée de huit membres, rapporte le Tages-Anzeiger. Sa mission: procéder à un grand ménage, parce que les allégations qui circulent font état de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale.

Mais qui est donc celle que l’on surnomme «la lobbyiste du pape» et qui déclenche les fureurs? Agée de 30 ans, elle est la fille d’une Italienne et d’un Franco-Marocain. On n’en sait guère plus. «Elle fonctionne comme quelqu’un qui n’accepte pas ‘non’ comme une réponse valable», avait écrit le Times après l’avoir rencontrée, ajoutant qu’elle dégageait «une ambition et une audace que l’on s’attend plus à trouver à New York qu’à Rome».

Quitter la Calabre dès que possible

Francesca Chaouqui a grandi dans un petit village de Calabre, qu’elle a quitté dès qu’elle en a eu la possibilité. Dans un blog, elle avait parlé des conditions de vie «arriérées» de là-bas: «D’où je viens, on prie toujours pour avoir des fils. Toutes les femmes veulent des fils. Et lorsque tu viens au monde en tant que fille, tu es exactement le contraire de ce que la famille souhaitait.»

Elle a travaillé pour un cabinet international d’avocats et pour le géant mondial de l’audit Ernst & Young. Et avait dès le début les meilleures relations avec le Vatican: un de ses plus proches confidents étant Ettore Gotti Tedeschi, l’ancien président de la banque du Vatican.

Comme il fallait s’y attendre, le choix du pape en a irrité plus d’un. Le cardinal secrétaire d’Etat sortant Tarcisio Bertone l’a particulièrement mal pris. Pas seulement parce que Francesca Chaouqui est une femme, mais surtout à cause de ses tweets.

Peu après sa nomination, toutes sortes de faits croustillants ont fait surface. Notamment des photos de l’avocate seins nus, qui ont provoqué l’indignation, quand bien même ces clichés étaient plutôt inoffensifs: on y voit en effet un couple au torse dénudé, son mari posant derrière elle et les parties «sensibles» étant dissimulées par les bras.

Tweets acerbes contre le bras droit du pape

D’autres tweets semblent beaucoup plus graves. Une année avant sa nomination, Francesca Chaouqui n’avait pas hésité à écrire noir sur blanc que Tarcisio Bertone était corrompu et que le majordome Paolo Gabriele, licencié à cause de Vatileaks, n’avait été qu’un bouc émissaire. Une affaire dont le véritable objectif aurait été le départ du bras droit du pape, tenu pour responsable des conditions misérables dans lesquelles se trouvait la Curie.

Entre-temps, l’avocate a fermé son compte et affirmé qu’elle n’était pas l’auteure des tweets. Quant au pape François, il n’a pas paru plus perturbé que ça par toute cette agitation.

Créé: 06.09.2013, 11h52

Articles en relation

Le pape va écarter le numéro deux du Vatican

Curie romaine Notamment mis en cause par le scandale «VatiLeaks», le cardinal Tarcisio Bertone, 78 ans, homme de confiance de l'ancien pape Benoît XVI, va faire les frais de l'arrivée du pape François. Plus...

Le nouveau pape sera seul à recevoir le rapport d'enquête

«Vatileaks» Benoît XVI a reçu lundi la commission des trois cardinaux à la retraite chargé du rapport d'enquête sur l'affaire de fuites de documents confidentiel dans son entourage. Il le transmettra à son successeur. Plus...

Le pape gracie son ancien majordome condamné pour vol

VatiLeaks Benoît XVI a gracié son ancien majordome Paolo Gabriele, condamné en octobre dernier à 18 mois de prison pour vol de documents confidentiels, a annoncé samedi le Vatican. Plus...

Affaire Vatileaks: de nombreux mystères demeurent

Rome L'informaticien du Vatican Claudio Sciarpelletti, complice présumé du majordome du pape condamné pour vol de documents confidentiels, devrait être fixé sur son sort samedi. Plus...