Passer au contenu principal

François de Rugy, ministre solitaire dans l’œil du cyclone

Blanchi ou pas? Le sort du membre du gouvernement sera vite tranché. Mais le premier ministre a déjà pris ses distances, au cas où.

Le ministre français de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy (ici sur les Champs-Élysées lors du défilé du 14 Juillet), aurait selon «Mediapart» organisé des dîners privés somptueux quand il était président de l’Assemblée nationale.
Le ministre français de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy (ici sur les Champs-Élysées lors du défilé du 14 Juillet), aurait selon «Mediapart» organisé des dîners privés somptueux quand il était président de l’Assemblée nationale.
EPA/ Ian Langsdon, Keystone

Quel contraste avec l’affaire Benalla! On est pourtant un an exactement plus tard, à une semaine près, ce moment de l’été où la politique s’apaise et où les esprits branchés en mode vacances ne demandent qu’à s’enflammer pour un feuilleton si possible scandaleux. De même, comme avec Benalla, l’affaire François de Rugy a démarré par une succession calamiteuse de révélations distillées sur plusieurs jours, le pire des scénarios pour un gouvernement toujours menacé d’être pris à contre-pied s’il réagit mal. Pourtant, cette fois-ci, aucune panique au sommet de l’État, ni à l’Élysée ni chez le premier ministre: toutes les mesures ont été prises pour que, quoiqu’il arrive, l’opprobre retombe sur le ministre de la Transition écologique et solidaire – et sur lui seul.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.