La garde nationale portée à 84'000 personnes

FranceSuite à l'attentat de Nice, le président François Hollande a annoncé que le dispositif montera en puissance graduellement d'ici 2019.

Le but de la garde nationale sera de soutenir les forces de l'ordre contre le terrorisme.

Le but de la garde nationale sera de soutenir les forces de l'ordre contre le terrorisme. Image: Archives/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'objectif du gouvernement français est de porter les effectifs de la garde nationale officialisée par François Hollande à 84'000 personnes d'ici 2019, a déclaré mercredi Bernard Cazeneuve. 40'000 personnes iront à la Défense et 44'000 au ministère de l'Intérieur.

Après l'attentat au camion de Nice, qui a fait 84 morts le 14 juillet, le chef de l'Etat avait dit vouloir bâtir une garde nationale destinée à appuyer les forces de l'ordre face à la menace terroriste à partir des réserves opérationnelles existantes.

La mise en place «graduée» du dispositif «permettra à la garde nationale de prendre le relais des militaires de Sentinelle qui ne peuvent pas être mobilisés en permanence», a souligné le ministre de l'Intérieur.

Festivités annulées

Environ 10'000 hommes participent actuellement à l'opération Sentinelle destinée à sécuriser des lieux du culte et bâtiments publics. Depuis l'attaque de Nice, de nombreuses festivités ont été cependant annulées en Ile-de-France et dans plusieurs villes de province.

Depuis l'attaque de Nice, de nombreuses festivités ont été annulées en Ile-de-France et dans plusieurs villes de province. Bernard Cazeneuve a souligné que 4000 gendarmes supplémentaires et 4700 policiers réservistes seraient déployés en août pour sécuriser la plupart des manifestations de l'été.

Vacances «en veille»

Malgré la pause estivale, les membres du gouvernement restent eux aussi mobilisés face à la menace terroriste. «Chacun pourrait être convoqué si l'actualité le nécessite (...) ça reste des vacances (...) en veille», a prévenu le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll devant la presse à l'issue du conseil.

Face à une «menace terroriste» jugée «extrêmement présente», l'Elysée a fait savoir que François Hollande avait décidé de ne s'accorder que «quelques jours de repos» autour de deux nouvelles «réunions ministérielles restreintes» sur la sécurité, les 11 et 17 août, la seconde marquant la fin de ses courtes vacances.

Comme l'an dernier, l'entourage du chef de l'Etat n'a pas révélé ses lieux de villégiature. Il a tout juste glissé que M. Hollande pourrait se rendre à la résidence présidentielle de La Lanterne, en lisière du Château de Versailles.

Chevènement comme médiateur

Stéphane Le Foll a par ailleurs confirmé que l'ex-ministre de l'intérieur Jean-Pierre Chevènement devrait diriger la Fondation de l'islam de France, futur vecteur de financement des lieux de culte.

Le chef de l'Etat a évoqué mardi le nom de l'ancien leader du Mouvement des citoyens lors d'un aparté avec des journalistes. «C'était une décision qui avait été prise», a confirmé Stéphane Le Foll. «Je ne crois pas que sur ce sujet il y ait de modification.»

Le porte-parole du gouvernement a souligné l'«autorité dans ce débat» de Jean-Pierre Chevènement. «Il y a besoin d'une personnalité qui puisse être un médiateur fort, à la fois ferme sur les grands principes de la laïcité et ouvert», a-t-il dit.

Pas d'argent public

M. Hollande a fermé mardi la porte à la possibilité d'un financement public du culte musulman, entrouverte par Manuel Valls, pour tenter d'éviter les discours extrémistes dans les mosquées. «Ce qui n'est pas possible, c'est que l'Etat lui-même subventionne, c'est le principe même de la loi de 1905» sur la laïcité, avait-il dit.

Il a dans le même temps soutenu le souhait du premier ministre de suspendre la possibilité pour les Etats étrangers de financer des lieux de culte musulmans et souligné que la Fondation canaliserait des financements privés. Les premières propositions sur ce sujet seront faites à la fin de l'été par le ministre de l'Intérieur et la discussion aura lieu à l'automne. (ats/nxp)

Créé: 03.08.2016, 13h51

Galerie photo

Attentat de Nice: Promenade des Anglais touchée

Attentat de Nice: Promenade des Anglais touchée Dans la ville du sud de la France, un camion a foncé dans la foule sur la Promenade des Anglais, le jeudi 14 juillet 2016.

Articles en relation

François Hollande veut créer une Garde nationale

France Pour aider les forces de l'ordre à lutter contre les attaques terroristes, le président français officialise la constitution d'une Garde nationale . Plus...

Hollande et Valls ne veulent pas durcir la loi

Prêtre égorgé en France Le président et le Premier ministre se refusent à rendre la législation plus stricte encore, alors que le pays est de nouveau frappé par le terrorisme. Plus...

Nice: Hollande et Valls soutiennent Cazeneuve

Vidéosurveillance Le ministre de l'Intérieur, accusé de travestir la vérité sur la sécurité le soir de l'attentat, a reçu le soutien de ses supérieurs. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.