Le gouvernement grec par intérim est formé

AthènesLa présidente de la Cour suprême Vassiliki Thanou dirigera un gouvernement par intérim. Les principaux postes reviennent à des experts qui jouissent de la confiance de la majorité des partis.

La présidente de la Cour suprême Vassiliki Thanou dirigera le nouveau gouvernement grec par intérim.

La présidente de la Cour suprême Vassiliki Thanou dirigera le nouveau gouvernement grec par intérim. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement intérimaire grec dirigé par la présidente de la Cour suprême Vassiliki Thanou a prêté serment ce vendredi 28 août. Les principaux postes de ce cabinet reviennent à des experts qui jouissent de la confiance de la majorité des partis.

Le ministère des Finances a été attribué à Giorgos Chouliarakis, le principal négociateur de la Grèce pour la mise sur pied du troisième plan d'aide à Bruxelles. Un homme qui a de l'expérience dans les négociations avec les créanciers du pays. Les affaires étrangères iront à un diplomate aguerri, Petros Molyviatis, 87 ans.

Le président grec Prokopis Pavlopoulas avait confié jeudi à Mme Thanou la mission de former un gouvernement intérimaire. Toutes les tentatives menées au parlement pour trouver une majorité alternative ont échoué.

Syriza reste en tête

Ce gouvernement par intérim doit diriger la Grèce jusqu'à ce qu'un nouvel exécutif soit formé à l'issue des élections anticipées fixées au 20 septembre. Le président grec a signé le décret sur la dissolution de la Vouli, le Parlement monocaméral, ouvrant la voie à la tenue de ce scrutin à cette date, a déclaré un responsable de ses services.

Malgré la défection d'une partie de ses troupes, le parti de gauche radicale Syriza du Premier ministre sortant Alexis Tsipras reste, avec 23%, en tête des intentions de vote, selon un sondage de l'institut ProRata pour le quotidien de gauche Efimerida ton Syntakton.

Il devance de 3,5 points la droite Nouvelle Démocratie (ND), créditée de 19,5%. Mais Alexis Tsipras a d'ores et déjà exclu de former une coalition avec l'opposition conservatrice. Les néonazis d'Aube dorée, dont les cadres sont poursuivis en justice, arrivent en troisième position avec 6,5%.

Anel hors du quorum

Avec 3,5% d'intentions de vote, la nouvelle formation Unité populaire de Panagiotis Lafazanis, qui a fait défection de Syriza avec 24 autres députés, devrait faire son entrée au Parlement, en dépassant le seuil nécessaire des 3%.

Le parti des Grecs indépendants (Anel), qui participaient à la coalition sortante, obtiendrait 2% et ne franchirait ainsi pas le seuil des 3% nécessaires pour obtenir des élus au parlement. Toutefois, à moins d'un mois des élections, un quart des personnes interrogées (25,5%) affirment ne pas savoir encore pour qui elles se décideront.

La précédente enquête de ProRata, publiée début juillet, montrait une avance plus substantielle pour Syriza avec 26% contre 15% à Nouvelle Démocratie.

Troisième scrutin

Les Grecs sont appelés aux urnes pour la troisième fois depuis le début de cette année mouvementée qui a notamment vu une Grèce, sous assistance financière depuis cinq ans, accepter une nouvelle cure d'austérité. Cela en échange d'un troisième plan d'aide international, de 86 milliards d'euros.

Alexis Tsipras, est devenu en janvier le premier Premier ministre issu de la Gauche radicale en Europe. Malgré des volte-face, il reste populaire auprès des Grecs, très attachés à l'appartenance de leur pays à la zone euro.

Eviter un «Grexit»

En huit mois, il a soumis sa population à rude épreuve avec la fermeture des banques fin juin pour éviter une panique bancaire et l'instauration d'un contrôle des capitaux. Par ailleurs, lors d'un référendum le 5 juillet, il a demandé au Grecs leur opinion sur les propositions européennes pour tenter de sortir la Grèce de l'ornière.

Une majorité de Grecs (62%) avait alors dit «non» au plan d'aide européen. Cependant, moins de dix jours plus tard, M. Tsipras avait plié face à ses partenaires européens pour éviter un Grexit aux conséquences catastrophiques, selon lui, pour la Grèce.

Le pays est durement affecté par la crise. Le chômage y touche plus de 25% de la population active. (ats/nxp)

Créé: 28.08.2015, 17h46

Articles en relation

Les frondeurs de Syriza renoncent à former une coalition

Grèce Comme le prévoit la constitution grecque, le parti Unité populaire de l'ancien ministre Panagiotis Lafazanis, a mené des consultations pour former un cabinet gouvernemental qui n'ont pas abouti. Plus...

La vacance du pouvoir se prolonge en Grèce

Démission de Tsipras Le chef de la deuxième force politique du parlement grec a renoncé à former un gouvernement de coalition. Plus...

La scission de Syriza met le nouveau Tsipras en selle

Grèce Depuis l’annonce de la démission du premier ministre grec, les événements s’accélèrent. L’horizon politique semble s’éclaircir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...