Passer au contenu principal

En grève de la faim, Abdelhakim Dekhar quitte l'hôpital

Abdelhakim Dekhar, le tireur présumé de Paris qui a entamé une grève de la faim, a quitté l'hôpital lundi matin pour être transféré à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis.

Abdelhakim Dekhar, mis en examen pour tentatives d'assassinats, enlèvement et séquestration, a quitté l'hôpital (25 novembre 2013)
Abdelhakim Dekhar, mis en examen pour tentatives d'assassinats, enlèvement et séquestration, a quitté l'hôpital (25 novembre 2013)
BFMTV, Keystone
Abdelhakim Dekhar invoque «son droit au silence» lors de sa garde à vue. (21 novembre 2013)
Abdelhakim Dekhar invoque «son droit au silence» lors de sa garde à vue. (21 novembre 2013)
AFP
AFP
1 / 21

Abdelhakim Dekhar, soupçonné d'être le tireur parisien qui a blessé un assistant photographe de Libération, a été transféré lundi en fin de matinée de l'Hôtel-Dieu, à Paris, à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, a indiqué son avocat, Rémi Lorrain.

Mis en examen vendredi soir pour tentatives d'assassinats, enlèvement et séquestration, Dekhar, qui «a commencé une grève de la faim», est «très affaibli», a ajouté Me Lorrain qui s'est entretenu avec son client avant son transfert.

Pour la suite de la détention, l'administration pénitentiaire verra si la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis dispose des moyens médicaux compatibles avec l'état de santé d'Abdelhakim Dekhar, a ajouté M. Lorrain.

Droit au silence

Abdelhahim Dekhar, qui a invoqué le droit au silence lors de sa garde à vue, va désormais prendre connaissance du dossier judiciaire, a poursuivi l'avocat. Les enquêteurs de la brigade criminelle sont toujours à la recherche de l'arme qu'aurait utilisé Dekhar, et des vêtements qu'il portait lors des faits.

Samedi, le gérant d'un hôtel du IVe arrondissement parisien où Dekhar a séjourné dans la nuit du 18 au 19 novembre, après l'attaque à Libération, a remis aux enquêteurs une valise où a été trouvée sa carte d'identité, a indiqué une source proche de l'enquête.

Le transfert d'Abdelhahim Dekhar en vidéo

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.