«Avec Hollande, on peut aller au 2e tour de la présidentielle et gagner!»

FranceA la veille de leur congrès, les socialistes se comptent... Les membres de Démocratie 2012, eux, sont plus «hollandistes» que socialistes. Et ils ont repris confiance. Interview de Jean-Marie Cambacérès.

François Hollande et Jean-Marie Cambacérès sont tous deux issus de la célèbre promotion Voltaire de l'ENA en 1980. Le président de Démocratie 2012 n'est donc pas un fan mais un ami de plus de 35 ans du président de la République!

François Hollande et Jean-Marie Cambacérès sont tous deux issus de la célèbre promotion Voltaire de l'ENA en 1980. Le président de Démocratie 2012 n'est donc pas un fan mais un ami de plus de 35 ans du président de la République! Image: LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jean-Marie Cambacérès est un proche de François Hollande. Tous deux sont issus de la fameuse promotion Voltaire (1980) de l’ENA. Ancien cadre du PS et haut fonctionnaire de l’Etat, il œuvrait déjà sous François Mitterrand. Jean-Marie Cambacérès préside désormais Démocratie 2012. Ce cercle des «hollandistes» travaille pour apporter la voix de la société civile au président de la République. Cette association compte plus de 1000 membres et a ouvert des antennes aux quatre coins de la France. Interview de Jean-Marie Cambacérès lors d’une réunion de Démocratie 2012 à Paris.

A Démocratie 2012, est-on plus «hollandiste» que socialiste? Les membres de votre cercle seront-ils présents au congrès du PS à Poitiers?
– Ici, les gens n’ont pas l’âme d’être des militants. Il n’y a pas d’élus nationaux ni de membres de l’appareil politique. Je ne crois pas que nos membres seront au congrès du PS de Poitiers. Ici, nous représentons la société civile. Nous ne sommes même pas tous de gauche, mais par contre tous persuadés que François Hollande est la personnalité qui peut réformer la France.

N’avez-vous jamais perdu confiance?
– Nous l’avons soutenu en 2010, quand il faisait 3% dans les sondages, alors vous voyez… C’est évidemment plus facile maintenant qu’il y a douze mois. Nous établissons un baromètre trimestriel des préoccupations des Français que nous faisons remonter à l’Elysée lors de nos rencontres avec François Hollande. Nous percevons que la confiance revient. Cela n’apparaît pas encore dans les sondages, mais c’est une question de temps.

Vous soutiendrez une candidature de François Hollande en 2017?
– On ne pense qu’à ça et il sera élu. Car il doit terminer ce qu’il a entrepris et qui est un travail de fond. Les indicateurs sont bons!

Les indicateurs sont bons! Alors que le PS ne cesse de perdre scrutin après scrutin?
– Lors des départementales, le PS a fait environ 24% au plan national. C’est un bon socle de base pour un parti démobilisé et qui n’a pu compter ni sur les mélenchonistes, ni sur les Verts, ni sur le Parti communiste. Et contrairement à ce que tout le monde répète, je ne suis pas persuadé que Marine Le Pen sera forcément au 2e tour de la présidentielle.

Vous éliminez le FN, le parti qui monte, comme ça?
– Le FN au 2e tour de la présidentielle, ce n’est pas inéluctable. On l’a vu lors des départementales, le parti des Le Pen a plafonné. Il n’a eu aucun département et il est loin d’avoir fait le nombre d’élus qu’il annonçait. Pour le PS, ce ne sera pas facile. Mais avec un peu d’intelligence politique, on peut aller au 2e tour et gagner, en rassemblant la gauche normale.

A vous entendre, «rassembler la gauche» est la clé du succès?
– Compte tenu de qui nous avons en face, je suis confiant… Nicolas Sarkozy est l’adversaire qu’il faut à François Hollande pour rassembler la gauche (sourire).

Créé: 04.06.2015, 15h22

Articles en relation

Hollande et Merkel visent un accord rapide avec la Grèce

Crise de la dette Parlant d'une même voix, les deux dirigeants veulent que la Grèce reste dans la zone euro et insistent sur la nécessité d'«accélérer» les efforts pour «trouver une solution durable» et éviter le défaut de paiement. Plus...

Sarkozy traite Hollande de «poids mort»

Meeting Le président de l'UMP a ironisé sur les échecs du chef de l'Etat, qu'il surnomme «Moi je». Plus...

«Et Hollande apparut petit bonhomme!»

France Interview Le livre de Valérie Trierweiler revient dans l’actu. Essayiste politique, Robert Schneider décortique l’invention de la «première dame d’opposition». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.