Poutine accorde sa protection à Ianoukovitch

UkraineLe président ukrainien destitué par la Parlement a demandé à la Russie de garantir sa sécurité. Une source au sein du pouvoir russe a fait savoir que cette demande avait été satisfaite sur le territoire russe.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Viktor Ianoukovitch a déclaré jeudi qu'il se considérait toujours comme le président de l'Ukraine et qu'il jugeait illégitime les décisions prises par le Parlement, tout en demandant à la Russie d'assurer sa sécurité.

Laissant entendre qu'il se trouvait en Russie, une source au sein du pouvoir russe a indiqué aux agences russes que Moscou avait «satisfait» cette requête.

«J'irai jusqu'au bout»

Dans une déclaration «au peuple ukrainien» transmise aux agences de presse russes, le chef de l'Etat déchu s'est dit «décidé à se battre jusqu'au bout pour appliquer le compromis signé en fin de semaine dernière avec les leaders de l'opposition, qui a volé en éclat après sa destitution par le Parlement et son départ de Kiev.»

«Je me considère toujours comme le chef légitime de l'Etat ukrainien», a assuré Ianoukovitch, qui a disparu depuis qu'il a tenté en vain samedi d'embarquer dans un avion dans son fief de Donetsk (est). «Malheureusement, tout ce qui se passe actuellement au Parlement d'Ukraine est illégitime, a encore ajouté Viktor Ianoukovitch, soulignant l'absence au parlement de nombreux députés de sa formation, le Parti des Régions.»

«Je me vois contraint de demander aux autorités de la Fédération de Russie d'assurer ma protection personnelle face aux actions menées par des extrémistes, a-t-il ajouté. On assiste dans les rues de nombreuses villes de notre pays à un déchaînement d'extrémisme. Des menaces physiques me sont adressées personnellement ainsi qu'à mes partisans».

Refus de la Crimée

Le procureur général adjoint Mykola Golomcha avait déclaré mercredi que Ianoukovitch, contre qui Kiev a demandé l'émission d'un mandat d'arrêt international, se trouvait toujours en Ukraine. Il devient évident que le peuple dans le sud-est et en Crimée n'accepte pas le vide du pouvoir et l'arbitraire qui règnent dans le pays, quand les ministres sont désignés par la foule sur la place publique, a dénoncé par ailleurs Viktor Ianoukovitch.

Il a souligné n'avoir «jamais permis» le recours à l'armée face à la crise et ajouté que si une telle décision était prise aujourd'hui, elle serait «illégale et criminelle». (afp/nxp)

Créé: 27.02.2014, 11h35

Articles en relation

Des pro-Russes armés contrôlent le Parlement de Crimée

Ukraine Des hommes armés occupent les bâtiments du Parlement et du gouvernement de Crimée. Majoritairement russophone, la région risque de faire sécession. Plus...

Poutine fait vérifier si ses troupes sont prêtes au combat

Russie Le président russe Vladimir Poutine a ordonné mercredi une inspection surprise des troupes des districts militaires de l'Ouest et du Centre, non loin de l'Ukraine, pour vérifier leur aptitude au combat. Plus...

Moscou met la pression sur Kiev

Ukraine La Russie augmentera les droits de douane sur les importations en provenance d'Ukraine si Kiev se rapproche de l'Union européenne, a prévenu le ministre russe de l'Economie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.