L’idée de changer le parti divise le FN

Politique françaiseMarine Le Pen souhaite changer le nom de sa formation politique. Son père crie à la trahison.

Sur fond de recomposition de la vie politique française, Marine Le Pen défend la mue du Front national.

Sur fond de recomposition de la vie politique française, Marine Le Pen défend la mue du Front national. Image: AFP /Pierre Andrieu

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Front national veut muer pour mieux se placer dans la recomposition de la vie politique française, comme l’a annoncé sa présidente, Marine Le Pen, dimanche soir. Mais le FN y laissera-t-il sa peau? Le père de la candidate frontiste à la présidentielle, Jean-Marie Le Pen, s’oppose publiquement à cette transformation et au changement de nom du parti qu’il a cofondé en octobre 1972. De son point de vue, le résultat obtenu par sa fille est un échec dû à l’influence qu’exerce sur elle son principal conseiller et vice-président, Florian Philippot.

Le Front national n’a jamais été un parti monolithique. Le talent de Jean-Marie Le Pen fut de faire cohabiter en une seule entité politique les traditionnelles familles de l’extrême droite française – pétainiste, royaliste, catholique intégriste, nationale révolutionnaire, néofasciste – qui se sont souvent opposées, y compris durant l’Occupation.

Pour conserver l’harmonie au sein de son parti, Jean-Marie Le Pen préférait agir sur l’Exécutif de l’extérieur, en évitant de diluer son mouvement dans des alliances formées en vue d’exercer les responsabilités gouvernementales. Marine Le Pen a choisi la stratégie inverse; elle veut exercer la réalité du pouvoir. Or il lui sera impossible de viser cet objectif sans alliance. Dans l’optique des élections législatives (11 et 18 juin), elle cherche à attirer dans ses filets l’aile droite du parti Les Républicains, en pleine décomposition; ses élus pèsent bien plus lourd que l’allié du FN Dupont-Aignan. Et pour ce faire, il est préférable de transformer le Front national en écurie présidentielle, en évacuant les symboles encore liés à l’extrême droite.

Différences régionales

Mais cela ne va pas sans résistance au sein des éléments les plus militants du Front national, qui risquent d’élargir les lézardes. Les nombreuses divisions au sein du parti se fédèrent en deux grands courants, deux figures et deux régions. La tendance incarnée par Marine Le Pen et Florian Philippot (un ancien proche du souverainiste de gauche Chevènement) est ancrée dans le nord et l’est de la France. Son propos est nettement social, étatique, antilibéral et souverainiste. Il s’adresse à l’électorat ouvrier.

L’autre courant est représenté par Marion Maréchal-Le Pen, députée du Vaucluse et nièce de la présidente du FN. Son propos met en exergue l’identité nationale et culturelle, le catholicisme conservateur et intégriste; en revanche, ce courant défend une conception libérale de l’économie, l’Etat devant se concentrer sur son autorité régalienne (armée, police, frontière). Son électorat est moins ouvrier qu’au nord et plus représenté dans le monde du commerce, des artisans, des petits patrons et des nostalgiques de l’Algérie française.

Alors que l’on s’attendait à ce qu’elle prenne la tête de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, très favorable au FN, Marine Le Pen y a été battue assez largement par Emmanuel Macron (44,53% contre 55,47%). Même dans le Vaucluse, fief de Marion Maréchal-Le Pen, la candidate frontiste ne fait pas un tabac (46,57% contre 53,43% à Macron). La mobilisation du FN s’y est donc révélée moins forte que prévu, ce qui peut démontrer que le message «social» de Marine Le Pen ne passe pas de façon optimale auprès des frontistes du sud.

Dès lors, la présidente du FN ou de sa nouvelle mouture devra équilibrer savamment les investitures de candidats en vue des législatives afin de colmater les brèches. Pour l’instant, Marion Maréchal-Le Pen et ses partisans se tiennent sur la réserve. En cas de résultats décevants aux législatives, les couteaux seront dégainés au sein du parti. Et de la famille Le Pen.

Créé: 08.05.2017, 18h50

Articles en relation

Des médias «interdits» de soirée électorale FN

Présidentielle française Plusieurs journalistes ont appelé au boycott afin de dénoncer le fait que le Front national fasse un tri dans les médias. Plus...

Marine Le Pen et le FN à un moment critique

Présidentielle française La candidate recalée au second tour se trouve dans un paradoxe, celui d'un véritable succès, mais qui a été vécu comme un échec par ses partisans. Plus...

Marine Le Pen et le FN à un moment critique

Présidentielle française La candidate recalée au second tour se trouve dans un paradoxe, celui d'un véritable succès, mais qui a été vécu comme un échec par ses partisans. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.