L’inévitable victoire des ultraconservateurs en Pologne

EuropeLe parti Droit et Justice (PiS) devrait obtenir la majorité absolue aux élections parlementaires de dimanche.

Jaroslaw Kaczynski, chef du parti Droit et Justice.

Jaroslaw Kaczynski, chef du parti Droit et Justice. Image: KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La victoire des ultraconservateurs de Droit et Justice (PiS) aux élections parlementaires polonaises s’annonce encore plus large que prévu. Le parti de Jaroslaw Kaczynski est en bonne voie pour obtenir la majorité absolue au Sejm, la chambre basse du parlement, avec 239 sièges sur 460. Loin devant la principale force d’opposition (Coalition civique, KO), qui devrait obtenir 130 sièges. La gauche, boostée par la contestation aux réformes du PiS et les mouvements citoyens, devrait faire son grand retour au parlement, avec 43 mandats. Ces chiffres issus du sondage Ipsos de sortie des urnes dimanche soir seront confirmés officiellement ce lundi.

Après une campagne enflammée qui a divisé encore un peu plus le pays, un «silence électoral» règne depuis vendredi soir sur la Pologne. Conformément à la loi, les candidats aux élections parlementaires ont cessé de donner des interviews, les comptes Twitter et les pages Facebook sont figés et les tout derniers sondages ont été publiés. À la télévision publique, les reportages contre la communauté LGBT ou à la gloire du parti au pouvoir ont disparu au profit d’enquêtes sur les trottinettes électriques.

Dimanche midi, au bureau de vote n° 346, dans le quartier aisé et familial de Zoliborz, Borys Lewandowski coche sans hésiter le nom de Magdalena Biejat, sur le bulletin au format A2 qui recense les candidats des cinq listes. Cet architecte de 36 ans a longuement réfléchi avant de porter son choix sur cette jeune candidate de gauche. «J’ai passé plusieurs heures à comparer les programmes sur le site de Mam Prawo Wiedziec (littéralement: j’ai le droit de savoir). Je voulais voter pour une femme, de gauche, écolo, avec de l’expérience en matière sociale. Je n’avais jamais entendu parler d’elle, c’est la première fois qu’elle se présente. Cette année, beaucoup de jeunes candidats sont apparus sur les listes de gauche, c’est un grand changement!»

Pas d’hésitation non plus pour son ami d’enfance Krzysztof Rogala, 35 ans, technicien, qui s’apprête à voter dans une circonscription rurale, près de la frontière biélorusse, Bialowieza. «Ce qui compte, ce n’est pas le candidat, c’est le parti. Je vais cocher un nom au hasard dans la liste du PiS», explique ce technicien. Ce sont des considérations géopolitiques qui motivent son choix: «Le PiS est le seul parti qui peut nous protéger de la Russie, en faisant une alliance avec les États-Unis. Mes opinions politiques ont changé avec le crash de Smolensk, je pense que c’est la faute du Kremlin, aidé par Donald Tusk (ndlr: l’ancien premier ministre polonais). Quant à la Coalition civique, qu’est-ce qu’ils proposent? Absolument rien, ils veulent juste reprendre le pouvoir.»

Cet accident d’avion, qui s’est produit en 2010 sur le sol russe, a fortement marqué l’opinion publique. C’est l’une des obsessions de Jaroslaw Kaczynski, l’homme fort du parti et du pays, qui y voit un attentat. Son frère jumeau, Lech Kaczynski, alors président de la République, y a perdu la vie, ainsi que 95 autres personnes, dont de très nombreuses personnalités de premier plan. Ce crash est devenu le symbole de la volonté de la Pologne à affirmer sa force et son indépendance, faisant écho aux idées nationalistes du gouvernement.

Même si le thème de la grandeur de la nation a trouvé un écho favorable parmi l’électorat du PiS, c’est surtout la capacité du gouvernement à tenir ses promesses qui lui assure une large popularité. En quatre ans, Droit et Justice a posé les bases d’un État-providence complètement inédit en Pologne – et parfois taxé de clientélisme. Allocations familiales, aides au logement, augmentation du salaire minimum, aides pour les retraités et baisse des impôts, ils ont touché l’ensemble de la population.

Créé: 13.10.2019, 22h18

Articles en relation

En Pologne, il vaut mieux être catholique et hétérosexuel

Elections législatives La communauté LGBT cristallise les haines des conservateurs à quelques jours du scrutin. Plus...

En Hongrie, une campagne européenne focalisée sur l'immigration

#EU4YOU Viktor Orban a mis la main sur les médias, qui agitent sans cesse le spectre des migrants. Sa dernière idée: une version hongroise du programme d’allocation familiale polonais «500 +». Plus...

La dérive autoritaire en cours à Varsovie inquiète l’Europe

Pologne Préoccupée par la politique du parti de Jaroslaw Kaczynski, la Commission européenne doit engager mercredi matin une procédure d'évaluation de ce dossier explosif. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.