Passer au contenu principal

EuropeJean-Claude Juncker se fera opérer pour un anévrisme

Le président de la Commission européenne devra subir une intervention chirurgicale le 11 novembre à cause d'un anévrisme.

Le Luxembourgeois passera sur le billard le 11 novembre.
Le Luxembourgeois passera sur le billard le 11 novembre.
AFP

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, 64 ans, va se faire opérer le 11 novembre pour un «anévrisme», a annoncé jeudi son entourage. «Le président Juncker va subir une intervention chirurgicale le 11 novembre pour traiter un anévrisme», a déclaré sa porte-parole, Mina Andreeva, confirmant des informations obtenues par l'AFP auprès de proches du chef de l'exécutif bruxellois.

Selon ses proches, l'intervention doit permettre de traiter «un anévrisme aortique» découvert dans la région de l'abdomen. Jean-Claude Juncker avait été opéré en août pour une ablation urgente de la vésicule biliaire.

Rejet du Parlement

L'intérim à la tête de la Commission pendant son hospitalisation sera assumé par le premier vice-président Frans Timmermans, a précisé la porte-parole. «Le président Juncker sera de retour pour la passation de pouvoir avec la nouvelle Commission» présidée par l'Allemande Ursula von der Leyen, a-t-elle assuré.

Les difficultés rencontrées par Ursula von der Leyen pour former son équipe après le rejet par le Parlement européen de trois candidats aux postes de commissaires, dont la Française Sylvie Goulard, ont retardé cette entrée en fonction au 1er décembre. Le Parlement doit auditionner les nouveaux candidats puis voter l'investiture de la nouvelle Commission lors de sa session plénière en novembre.

Jean-Claude Juncker et sa Commission sont passés en affaires courantes le 31 octobre, a annoncé Mina Andreeva.

Le casse-tête de la justice

L'opération de Jean-Claude Juncker va contraindre la justice du Luxembourg à reporter un procès pour lequel il est appelé comme témoin, a appris l'AFP jeudi de source judiciaire.

Le procès pour écoutes illégales de trois anciens agents du Service de Renseignement de l'Etat Luxembourgeois (SERL) devait débuter le 19 novembre avec douze audiences étalées jusqu'au 6 décembre 2019, a indiqué le parquet de Luxembourg.

«Le parquet est en train de contacter les différentes parties pour leur proposer un report du procès, tout en espérant qu'il pourra néanmoins encore commencer cette année-ci», a confié une source judiciaire à l'AFP.

Les trois anciens agents sont accusés d'avoir participé à des écoutes illégales en 2007 et d'avoir participé au détournement d'un CD crypté contenant l'enregistrement d'une conversation entre le Grand-Duc Henri et Jean-Claude Juncker sur une série d'attentats qui ont fait cinq blessés dans les années 1980 au Grand Duché.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.