Passer au contenu principal

AllemagneJens Spahn, l'opposant bientôt ministre de Merkel

Jens Spahn, principal opposant d'Angela Merkel au sein de la CDU, semble en bonne voie pour obtenir le ministère de la Santé.

Image d'archive.
Image d'archive.
Keystone

Angela Merkel devrait nommer ministre de la Santé Jens Spahn dans le prochain gouvernement allemand, croit savoir la presse. Il s'agit de son principal opposant au sein de la CDU. La chancelière espère calmer une fronde de l'aile droite au sein de son propre parti.

Angela Merkel a tranché et annoncera cette décision dimanche soir à l'issue d'une réunion des instances dirigeantes de son parti, affirment dimanche les quotidiens allemands Bild et Süddeutsche Zeitung, ainsi que l'agence de presse DPA.

Jens Spahn, 37 ans, était jusqu'à présent seulement secrétaire d'Etat aux finances dans le gouvernement sortant. Il s'est distingué depuis des mois par ses critiques à l'encontre de la politique migratoire longtemps généreuse d'Angela Merkel, qui a abouti à l'arrivée de plus d'un million de demandeurs d'asile dans le pays.

Il milite aussi pour un virage conservateur de la CDU sur les questions identitaires, afin de récupérer une partie des électeurs partis vers l'extrême droite de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD).

Congrès lundi à Berlin

Affaiblie par une victoire étriquée aux législatives de septembre, Angela Merkel affronte depuis plusieurs semaines des critiques d'une intensité inédite de l'aile droite de son parti, qui réclame d'avoir davantage voix au chapitre. Les contestataires attendaient en particulier de savoir si leur chef de file, Jens Spahn, aurait ou non droit à un poste ministériel.

Angela Merkel aurait finalement accepté de désamorcer les velléités de fronde. Elle doit s'en expliquer lundi à Berlin lors d'un congrès de la CDU. «Elle a par ce biais résolu deux problèmes, Spahn est casé avec un portefeuille de premier choix et l'aile droite ne peut plus prétendre que son porte-drapeau est laissé les mains vides», analyse le quotidien à gros tirage Bild.

Dans le même temps, la chancelière peut espérer neutraliser son rival, qui sera tenu par le devoir de réserve et la loyauté exigée des ministres du gouvernement.

Fidèles parmi les fidèles

Les cinq autres ministres CDU qu'Angela Merkel compte nommer lui sont tous fidèles. Ursula von der Leyen est ainsi appelée à conserver le portefeuille de la Défense, tandis que Peter Altmeier, longtemps bras droit d'Angela Merkel à la chancellerie et actuellement ministre des Finances par intérim, deviendra ministre de l'Economie, toujours selon les médias allemands.

Une autre proche de la chancelière, Julia Klöckner, devrait hériter du portefeuille de l'Agriculture. Elle constitue un pont avec l'aile droite du parti pour avoir défendu la fermeté en matière d'immigration.

Les conservateurs ont dû pour le reste céder de nombreux ministères aux sociaux-démocrates du SPD, à commencer par les deux plus prestigieux, les Finances et les Affaires étrangères, afin de convaincre la gauche de gouverner avec eux. Cette alliance doit encore être approuvée par les militants du SPD qui votent par référendum interne jusqu'à début mars. Quant à la CDU, elle doit valider cette alliance ce lundi, ce qui, compte tenu du geste effectué par la chancelière à l'adresse de ses critiques en interne, apparaît désormais comme une formalité.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.