Passer au contenu principal

Les journalistes français déconcertent les Britanniques

Lors de la conférence de presse de François Hollande, les Britanniques s'attendaient à des questions sur sa relation avec Julie Gayet. Ils ont pu constater qu'en France «les choses se passent différemment».

François Hollande donne sa conférence de presse.
François Hollande donne sa conférence de presse.
AFP
Plusieurs médias étrangers ont retransmis sa conférence de presse en direct.
Plusieurs médias étrangers ont retransmis sa conférence de presse en direct.
AFP
François Hollande donne sa conférence de presse.
François Hollande donne sa conférence de presse.
AFP
1 / 5

Les journaux britanniques expriment mercredi leur perplexité face à la réticence de leurs collègues français à interroger François Hollande sur sa relation avec l'actrice Julie Gayet, concluant qu'outre-Manche la presse «fait les choses différemment».

Retrouvez ici la revue de presse française.

Volontiers impertinente, la presse britannique s'attendait avec délectation à une rafale de questions sur la relation qu'entretient le chef de l'Etat français avec l'actrice de 41 ans, lors de la conférence de presse mardi 14 janvier au Palais de l'Elysée à Paris.

Mais ils sont restés sur leur faim en constatant qu'un parterre de journalistes «déférents» a laissé François Hollande se lancer dans l'explication d'une série de réformes économiques.«Comme tout cela est étrange», écrit le Daily Telegraph.

Sont-ils fous?

«Depuis des siècles nous avons raillé le stéréotype du Français obsédé sexuel. Alors qu'en réalité, ces âmes parfaitement abstinentes sont si peu portées sur le sexe que lorsque le sommet de l'État se trouve mêlé à un scandale comparable à l'affaire Clinton-Lewinsky, elles n'ont envie de parler que de sécurité sociale», plaisante-t-il. Et de se demander si ce sont les Français «qui sont fous, ou nous?»

Le Guardian, journal de gauche généralement favorable à Hollande, affirme qu'il s'agit de vie privée en admettant que «les choses se passent différemment en France».«Est-ce qu'il s'en serait sorti en Grande-Bretagne ou aux États-Unis? Peut-être pas», commente le Guardian. «Mais, n'en déplaise aux journaleux anglo-saxons, avec leurs tweets outragés, c'est ça la France.»

Le quotidien qui fait l'éloge de la presse française souligne néanmoins «une indéniable déférence vis-à-vis du président, incarnation vivante de la République». Le journal publie à la une une photo de François Hollande sous le titre «Une affaire bien française».

«Ennuyeux»

De son côté, le Times compare cette histoire à l'affaire Profumo, le scandale sexuel qui en 1963 avait contraint à la démission le secrétaire d'État à la Guerre John Profumo. Selon le quotidien, propriété de Rupert Murdoch, il est «clair que le grand sujet du jour devait être pris avec des gants par l'ensemble de la presse française».

Le Daily Mail brocarde quant à lui ceux qui ont interrogé François Hollande qu'il désigne comme «les plus invraisemblables bretteurs depuis l'inspecteur Clouseau».

Enfin, le Sun descend en flammes la prestation de François Hollande comme étant «le plus ennuyeux moment de la vie de n'importe qui». Le tabloïd populaire souligne que l'insistance de Hollande sur le respect de sa vie privée est une technique en usage parmi «les élites du monde entier depuis l'aube de la démocratie» pour «se laisser voir comme elles veulent être vues, pas comme elles sont».

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.