Passer au contenu principal

Julie Gayet porte plainte pour «mise en danger»

L'actrice française, à qui est prêtée une liaison avec le président François Hollande et qui serait harcelée par les paparazzi, a déposé une plainte pour «mise en danger de la vie d'autrui».

Julie Gayet sera indemnisée pour des photos volées d'elle et de François Hollande, prises à l'Elysée et publiées dans le magazine Voici. (Mardi 5 juillet 2016)
Julie Gayet sera indemnisée pour des photos volées d'elle et de François Hollande, prises à l'Elysée et publiées dans le magazine Voici. (Mardi 5 juillet 2016)
AFP
Le PDG de Prisma Media, Rolf Heinz, sera jugé le 5 juillet 2016 pour avoir diffusé les clichés volés à l'Elysée. (mardi 7 juillet 2016)
Le PDG de Prisma Media, Rolf Heinz, sera jugé le 5 juillet 2016 pour avoir diffusé les clichés volés à l'Elysée. (mardi 7 juillet 2016)
AFP
François Hollande et Julie Gayet se rencontraient dans un appartement situé à deux pas de l'Elysée à la rue du Cirque, dans le 8e arrondissement de Paris.
François Hollande et Julie Gayet se rencontraient dans un appartement situé à deux pas de l'Elysée à la rue du Cirque, dans le 8e arrondissement de Paris.
Google Street View
1 / 13

Julie Gayet ne s'en laisse pas compter et passe une nouvelle fois à l'attaque. L'actrice française a déposé une plainte, pour "mise en danger de la vie d'autrui".

Une enquête a été ouverte à ce sujet par le parquet de Paris et elle a été confiée à la brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP), selon la même source confirmant une information du journal Le Monde.

Le parquet de Nanterre, dans la région parisienne, avait déjà récemment lancé une enquête pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" après la publication dans le magazine Closer d'une photo de Julie Gayet le 17 janvier, une semaine après les révélations par ce journal de sa liaison avec François Hollande.

Ces enquêtes sont distinctes d'un procès au civil pour atteinte à la vie privée qui opposera la comédienne de 41 ans à Closer le 6 mars à Nanterre.

Les révélations de Closer, le 10 janvier, s'appuyaient sur des photos volées de Julie Gayet et François Hollande, photographiés à chaque fois séparément sur la voie publique, devant un immeuble parisien où le couple se retrouvait régulièrement.

Une semaine plus tard, le magazine publiait une nouvelle édition en affirmant que la liaison entre le président et l'actrice durait depuis deux ans.

Lors d'une conférence de presse semestrielle, le 14 janvier, le président français avait fait part de son "indignation totale" après la publication du dossier de Closer, mais avait annoncé qu'il n'attaquerait pas personnellement en justice l'hebdomadaire people.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.