Passer au contenu principal

UkraineKiev interdit les livres faisant l'éloge de Moscou

Des lois interdisent déjà aux chaînes de télévision ukrainiennes de diffuser des émissions ou films russes qui critiquent l'Ukraine.

Des nationalistes fêtent les trois ans du soulèvement pro-européen du Maïdan.
Des nationalistes fêtent les trois ans du soulèvement pro-européen du Maïdan.
Keystone

Les autorités ukrainiennes ont intensifié vendredi leur guerre culturelle contre Moscou. Elles ont interdit les livres considérés comme faisant l'éloge du Kremlin et de ses dirigeants ou défendant des «opinions totalitaires».

La loi promulguée par le président ukrainien Petro Porochenko «interdit la promotion des Etats agresseurs (...) ou les livres donnant une image positive de cet Etat agresseur», l'expression désignant la Russie. L'interdiction concerne également les livres qui appellent à un coup d'Etat en Ukraine ou qui font la promotion de la guerre et de la haine raciale.

Selon le texte, un groupe d'experts sera chargé de décider quels livres russes sont acceptables ou pas.

Interdictions dénoncées

Cette initiative intervient après une série de lois interdisant aux chaînes de télévision ukrainiennes de diffuser des émissions ou films russes qui critiquent l'Ukraine ou le soulèvement pro-européen du Maïdan de février 2014. En août 2015, les autorités avaient interdit une quarantaine de livres russes, dont des oeuvres de l'écrivain Edouard Limonov ou de l'ultra-nationaliste russe Alexandre Douguine.

L'Ukraine a également interdit d'antenne une dizaine d'artistes, majoritairement russes, mais aussi étrangers parmi lesquels l'acteur Gérard Depardieu. Devenu citoyen russe en 2013, ce dernier est considéré comme une «menace pour la sécurité nationale» par Kiev. Ces interdictions successives ont été dénoncées par les ONG comme une entrave à la liberté d'expression.

Relations tendues

Les relations entre l'Ukraine et la Russie sont au plus bas depuis l'annexion de la Crimée en mars 2014 par Moscou, suivie d'un conflit avec des séparatistes prorusses dans l'Est du pays. Celui-ci a fait près de 10'000 morts en un peu plus de deux ans.

Kiev et les Occidentaux accusent les rebelles d'être soutenus militairement par la Russie, ce que Moscou dément. Malgré l'instauration de plusieurs trêves, des affrontements meurtriers ont toujours lieu le long de la ligne de front.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.