Passer au contenu principal

NégociationsDette ukrainienne: débat entre Kiev, ses créanciers et le FMI

L'Ukraine ne doit pas se servir des réserves de sa Banque centrale pour payer ses créanciers privés, selon le FMI.

La directrice-générale du FMI Christine Lagarde.
La directrice-générale du FMI Christine Lagarde.
Keystone

L'Ukraine ne peut pas puiser dans les réserves de sa Banque centrale pour payer ses créanciers privés dans le cadre des négociations en cours sur le rééchelonnement de sa dette, a indiqué vendredi 12 juin la directrice générale du FMI Christine Lagarde.

Selon Christine Lagarde, l'Ukraine a besoin de conserver d'importantes réserves monétaires pour assurer le succès de son programme de réformes économiques «et, à ce titre, les réserves de la Banque nationale ukrainienne ne peuvent être utilisées pour le service de la dette extérieure sans que le gouvernement ne contracte davantage de dette ce qui serait incompatible avec le succès de l'opération».

Cette déclaration survient alors que les créanciers privés de Kiev ont suggéré aux autorités ukrainiennes de puiser dans ses réserves pour les payer, une suggestion immédiatement rejetée par la ministre des Finances Natalie Jaresko.

Financer le conflit dans l'Est

Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a pour sa part renouvelé vendredi les menaces de geler le paiement de la dette extérieure abyssale de l'Ukraine en cas d'échec des négociations en cours sur sa restructuration, arguant que le pays doit financer le conflit dans l'Est séparatiste pro-russe.

Le Fonds monétaire international s'est engagé à verser à l'Ukraine 17,5 milliards de dollars sur quatre ans dans le cadre de son programme de réforme économique.

Parallèlement, Kiev a engagé des négociations avec ses créanciers privés pour rééchelonner sa dette qui explose après trois ans de récession économique et le coût du conflit dans l'est du pays avec les rebelles. Ces négociations doivent en principe aboutir à dégager 15 milliards de dollars supplémentaires qui seraient économisés sur le service de la dette.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.