Londres annonce le prix à payer pour la garder dans l'UE

BrexitDavid Cameron a dressé une liste d'exigences à satisfaire pour que le Royaume-Uni reste au sein de l'Union européenne, rapporte le «Sunday Telegraph».

Le premier ministre britannique et la chancelière allemande.

Le premier ministre britannique et la chancelière allemande. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le premier ministre, qui a promis d'organiser un référendum d'ici la fin 2017 sur la question européenne, a présenté un plan. Celui-ci prévoit de demander à Bruxelles de faire «une déclaration explicite», stipulant que la Grande-Bretagne sera tenue à l'écart de tout projet de superétat européen, et une autre «déclaration explicite» signifiant que l'euro n'est pas la devise monétaire officielle de l'UE, cela pour préserver la livre au sein d'une union «à devises multiples», lit-on dans le Sunday Telegraph , qui cite des sources gouvernementales.

Ce plan prévoit également une structure par laquelle les pays membres de la zone euro ne domineraient pas ceux qui n'en font pas partie, ainsi qu'un système de «cartons rouges» qui donnerait à des groupes de parlements nationaux le pouvoir de bloquer certaines directives voire d'abroger des législations européennes, ajoute le premier ministre dans le journal dominical.

Les sources gouvernementales interrogées disent avoir bon espoir de trouver le moyen de maintenir le Royaume-Uni dans l'UE dans de meilleures conditions.

Cameron veut un meilleur accord

Le plan exposé est dans la ligne des propos tenus récemment par le premier ministre britannique David Cameron. Celui-ci a dit cette semaine qu'il se battrait pour obtenir un meilleur accord avec l'UE et ferait en sorte que son pays n'accepte jamais l'objectif affiché par Bruxelles d'une plus grande intégration.

Le débat sur l'appartenance de la Grande-Bretagne à l'UE gagne en intensité outre-Manche alors que David Cameron cherche à renégocier les conditions de l'adhésion.

Le chef du gouvernement estime que la renégociation des conditions d'appartenance est une tâche «terriblement difficile», et n'exclut pas de faire campagne pour un «Brexit» s'il n'obtient pas satisfaction sur les concessions demandées. (ats/nxp)

Créé: 11.10.2015, 08h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...