Passer au contenu principal

Présidentielle françaiseManifs «anticapitalistes» dans plusieurs villes

À Paris, Nantes, Lyon ou encore Caen, des rassemblements ont eu lieu suite à l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence.

Environ 450 personnes ont manifesté dimanche à Nantes suite à l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence. (Dimanche 7 mai 2017)
Environ 450 personnes ont manifesté dimanche à Nantes suite à l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence. (Dimanche 7 mai 2017)
AFP

Plusieurs manifestations «anticapitalistes» ont eu lieu dimanche soir notamment à Paris et Nantes dans la foulée de l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République. Elles ont été émaillées de quelques incidents.

A Nantes, environ 450 personnes selon la préfecture, se sont rassemblées derrière une banderole «Soyons ingouvernables» et aux cris de «Macron démission» ou «Macron dégage, résistance et sabotage», a constaté un photographe de l'AFP.

Les forces de l'ordre ont essuyé des jets de projectiles et répliqué en faisant usage de gaz lacrymogènes, comme en fin du défilé pour disperser plusieurs groupes. Cinq personnes ont été interpellées, selon une source policière.

Un fonctionnaire a été blessé à la main par un jet de canette, selon la préfecture. Une photographe indépendante a également été blessée par l'éclat d'une grenade désencerclante et a été prise en charge par les pompiers, selon un journaliste de l'AFP.

Plusieurs interpellations

A Paris, plus de 300 manifestants se sont rassemblés dans le quartier populaire de Ménilmontant (nord-est). Aux cris de «Tout le monde déteste la police», de jeunes hommes pour la plupart, vêtus de noir, cagoulés ou bas du visage dissimulé, ont jeté quelques projectiles. Les policiers ont répliqué par du gaz lacrymogène et les ont rapidement encerclés. La police a procédé à plusieurs interpellations, selon une source policière.

Les forces de l'ordre s'apprêtaient à procéder à des contrôles, notamment pour vérifier si certains font partie des 69 personnes visées par un arrêté d'interdiction de séjour pris par le préfet de police, selon la préfecture de police.

Le soir du premier tour à Paris, une manifestation de centaines d'«antifascistes» avait été émaillée de heurts avec la police. Six policiers et trois manifestants avaient été blessés et 143 personnes interpellées.

Pour le second tour, la préfecture de police de Paris avait mobilisé dimanche «un dispositif de sécurisation renforcée», avec des «unités de forces mobiles pré-positionnées».

Pour un «troisième tour social»

A Lyon, environ 300 personnes se sont rassemblées dès l'annonce des résultats pour un «troisième tour social». «Antifascistes et anticapitalistes», «face à Macron et au capital, lutte sociale», «on prend les mêmes et on recommence, foutage de gueule» pouvait-on lire sur les pancartes devant l'Hôtel de Ville.

«Macron démission», «Ni Le Pen, ni Macron», scandaient les manifestants, sans incident notable avec les CRS qui bloquaient l'accès à toutes les rues adjacentes.

A Caen, une centaine de personnes ont défilé avec pour slogan «ni Le Pen ni Macron», et 80 à Caen, sans incident, de sources policières. A Tours, une centaine de personnes a manifesté sans incidents dans le centre-ville au cri de «Ni Le Pen, ni Macron» ou «anti-anticapitalistes», selon un journaliste de l'AFP.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.