«Lorsque Marine Le Pen parle, les gens comprennent ce qu’elle dit!»

Régionales 2015Jeunes. Classes moyennes et populaires. C’est une France qui ne voit ni au PS ni chez les Républicains la solution à ses problèmes qui a fait du FN le premier parti de France. Analyse avec les experts de l’Observatoire des radicalités.

«Il est faux de prétendre, comme l’a fait encore dimanche soir Nicolas Sarkozy, que c’est un vote d’exaspération. Il y a une adhésion au discours du FN», explique Jean-Yves Camus.

«Il est faux de prétendre, comme l’a fait encore dimanche soir Nicolas Sarkozy, que c’est un vote d’exaspération. Il y a une adhésion au discours du FN», explique Jean-Yves Camus. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Il y a une grosse différence entre un événement attendu et un événement survenu. C’est un choc! Ce qui était un plafond est devenu un plancher!» Avec 28% de suffrages exprimés au 1er tour des régionales, le FN est devenu le premier parti de France. Le ton est grave à la Fondation Jean Jaurès qui réunissait lundi matin son aréopage d’experts. Parmi lesquels Jean-Yves Camus ou encore Nicolas Lebourg, deux politologues chevilles ouvrières de l’Observatoire des radicalités qui travaille depuis des années sur le phénomène Front national. Et notamment sur le profil nouveau et la diversification des électeurs du FN.

«Il est faux de prétendre, comme l’a fait encore dimanche soir Nicolas Sarkozy, que c’est un vote d’exaspération. Il y a une adhésion au discours du FN», avance Jean-Yves Camus. Le centre de gravité de la droite s’est ainsi déplacé de la droite vers l’extrême droite – et le politologue l’attribue notamment à la banalisation des thèmes du FN opérée par Nicolas Sarkozy – qui pose problème aux Républicains. Un parti qui, dimanche, plus que le PS a perdu des parts de marché.

Les Républicains en danger

«Pour beaucoup de Français, le FN est devenu le parti de la droite. Ainsi même un Christian Estrosi, pourtant tenant de la droite forte et décomplexée, ne tient pas le choc face à Marion Maréchal Le Pen. Il n’est devant elle, pour 33 voix, que dans le département des Alpes-Maritimes. Son fief. Le département où Nicolas Sarkozy avait fait en 2012 son meilleur score national», décortique Joël Gombin, qui travaille plus spécifiquement sur cette région.

Par ailleurs, Nicolas Lebourg souligne ainsi que le FN a, au-delà de ses fondamentaux (immigration, identité, autorité), a soulevé des problèmes réels comme celui de la métropolisation et du désengagement des services publics dans les territoires ruraux. Le PS comme les Républicains sont perçus comme responsables de la situation. D’ailleurs, avance-t-il, les enquêtes le démontreraient «moins il y a de services publics, d’associations, de vie commune, plus le vote FN est important», analyse Nicolas Lebourg.

Un discours audible!

Le FN capte ainsi le vote utile contre le pouvoir, il peut être PS ou Républicain au niveau local. D’ailleurs, Marine Le Pen a évoqué son Front républicain, dans un discours de victoire très inclusif. C’est le «nous» contre les autres, habituel de l’extrême droite. Mais en cette période d’insécurité et d’inquiétude sociale, il résonne non pas comme un propos de haine mais de rassemblement. C’est le «nous» d’une préservation de valeurs, d’un mode de vie, d’une unité nationale, de sécurité sociale», affirme Nicolas Lebourg.

«Lorsque Marine Le Pen parle, les gens comprennent ce qu’elle dit!» C’est ainsi que Sylvain Crépon, anthropologue du fait politique, explique les différences de perception du discours politique et le succès du FN auprès des classes populaires et des classes moyennes. «Le FN a un discours qui dit toujours être en prise avec le réel. Il est audible», explique l’anthropologue. Qui met en avant le travail de pédagogie du programme FN.

Le vote jeune

Par ailleurs, 34% des jeunes (18 – 30 ans) ont voté Front national. Ce chiffre révélé par une enquête Harris Interactive a secoué plus d’un analyste. Encore une fois la question du sens et du lien avec les préoccupations des Français semble faire la différence. Pour Jean-Daniel Lévy, directeur des enquêtes à l’institut de sondage, «les 18-30 ans estiment que la classe politique traditionnelle est éloignée de leurs préoccupations, et parle une langue qui ne leur correspond pas davantage que la moyenne des Français. Le FN est davantage dans le concret.»

Dans l’ordre, c’est le triptyque «emploi, sécurité et immigration» qui sont les thématiques qui motivent le vote jeune pour le FN, assure Jean-Daniel Lévy.

Créé: 07.12.2015, 15h12

Articles en relation

Jean-Marie Le Pen félicite sa fille et sa petite-fille

Régionales La bisbille familiale au sein du clan Le Pen semble s'être calmée provisoirement. Le co-fondateur du FN a quand même publié une vidéo provocante avant de la retirer. Plus...

Le Front National en tête dans la moitié des régions

France Editorial Les Régionales ont placé le FN plus que jamais au centre de la vie politique. Plus...

Marine Le Pen attaquée sur le front économique

France Le «patron des patrons» Pierre Gattaz réduit en miettes son programme. Vive polémique entre la frontiste et «La Voix du Nord». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.