Passer au contenu principal

A Marseille, les Le Pen ont joué à cache-cache

Discours musclé de Marine, main tendue de Jean-Marie: les universités d’été du FN se sont achevées ce dimanche dans une certaine confusion.

Hier à Marseille, Marine Le Pen a chanté l’hymne national accompagnée par son service de sécurité.
Hier à Marseille, Marine Le Pen a chanté l’hymne national accompagnée par son service de sécurité.
Arnold Jerocki/ EPA

Le petit jeu du chat et de la souris s’est achevé dimanche après-midi à Marseille. Peu avant 15 heures, Jean-Marie le Pen met fin à «l’insoutenable» suspense: il ne se rendra pas au parc Chanot pour perturber le discours de sa fille en clôture des universités d’été du Front national (FN).

Marine en première ligne, la petite-fille Marion légèrement en retrait et le patriarche qui a joué durant tout le week-end les épouvantails, ainsi se résument ces journées vraiment particulières. Quelques partisans du «vieux» se sont accrochés aux barrières d’accès du parc Chanot gardées par une meute de vigiles du DPS, le service de sécurité du FN. Mais tant les aficionados de Jean-Marie que les G-men écouteurs à l’oreille n’ont rien vu venir.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.