A Marseille, les Le Pen ont joué à cache-cache

Front nationalDiscours musclé de Marine, main tendue de Jean-Marie: les universités d’été du FN se sont achevées ce dimanche dans une certaine confusion.

Hier à Marseille, Marine Le Pen a chanté l’hymne national accompagnée par son service de sécurité.

Hier à Marseille, Marine Le Pen a chanté l’hymne national accompagnée par son service de sécurité. Image: Arnold Jerocki/ EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le petit jeu du chat et de la souris s’est achevé dimanche après-midi à Marseille. Peu avant 15 heures, Jean-Marie le Pen met fin à «l’insoutenable» suspense: il ne se rendra pas au parc Chanot pour perturber le discours de sa fille en clôture des universités d’été du Front national (FN).

Marine en première ligne, la petite-fille Marion légèrement en retrait et le patriarche qui a joué durant tout le week-end les épouvantails, ainsi se résument ces journées vraiment particulières. Quelques partisans du «vieux» se sont accrochés aux barrières d’accès du parc Chanot gardées par une meute de vigiles du DPS, le service de sécurité du FN. Mais tant les aficionados de Jean-Marie que les G-men écouteurs à l’oreille n’ont rien vu venir.

Main tendue

La veille, le père fondateur avait tendu une main bien embarrassante à son héritière à l’issue d’un banquet dissident organisé dans une auberge perdue dans les quartiers nord. Il a fallu attendre le dessert pour voir JMP lancer sa ligne dans la mare frontiste.

On attendait la gifle du père meurtri après son exclusion, ce fut en fait la main tendue. Certes Jean-Marie a annoncé la création d’un rassemblement Bleu Blanc Rouge, mais il est, dit-il, destiné à appuyer le mouvement de Marine Le Pen. «Nous pouvons agir dans le même sens que le FN sans toutefois y appartenir.» Marine n’a pas tardé à décliner l’invitation: «le Front national, ce n’est pas le Parti socialiste, il n’y a pas de courant constitué».

Tractations en cours

Toute cette mise en scène mérite une explication: des tractations sont en fait en cours en coulisses, pour imposer les hommes et femmes de Jean-Marie sur la liste menée par Marion Le Pen aux prochaines élections régionales. De la basse politique politicienne en somme. La menace d’une liste dissidente qui pourrait affaiblir la dynamique du FN est sur la balance.

Il convenait de faire diversion pour éloigner ces inavouables conversations. Marine frappe fort à la tribune alors que son père ronge son frein dans sa chambre d’hôtel. Le discours ne peut que rejoindre l’actualité. Sans surprise, Marine assène le dogme porteur, l’immigration zéro. «Nous ne devons pas accueillir de clandestins supplémentaires. Il faut les ramener dans leur pays d’origine.»

Rien ne la fera dévier de sa route, pas même l’image terrible du corps du petit Aylan: «On vous jette la mort d’un enfant au visage pour faire avancer un sinistre projet.» Fustigée, Angela Merkel, pour son ouverture. Elle nous jouerait en sous-main un mauvais coup pour combler «une démographie moribonde».

Sarkozy au pilori

Cloué au pilori, Nicolas Sarkozy, pour avoir ouvert la route des migrants par sa coupable intervention en Libye. «Submersion migratoire», «fardeau migratoire», «destruction de notre identité nationale», la phraséologie FN n’a finalement pas beaucoup évolué et à l’applaudimètre le thème de l’immigration est toujours aussi mobilisateur.

Tout comme l’islam: «J’ai dit tout récemment que je mettrais l’islam radical à genoux. Je vous le redis ici mes chers compatriotes.» En fermant les yeux et en écoutant la fille, on semblait bien voir le père…

Créé: 07.09.2015, 08h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.