Martine Aubry prend la tête des «loyalistes» du PS

FranceLes socialistes anti-Manuel Valls refusent le terme de frondeurs. Ils partent en guerre contre la loi Macron avec la maire de Lille à leur tête.

Image d'archives

Image d'archives Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Martine Aubry est de retour: cela fait du bruit. Dans une tribune publiée dans Le Monde, la maire de Lille met en pièce la «loi Macron» sur la modernisation de l’économie, présentée mercredi par le gouvernement de Manuel Valls. Signe de la fragilité de l’actuelle majorité, tout le monde réagit à l’attaque de l’ex-première secrétaire du PS. Martine Aubry dramatise l’enjeu et qualifie les ouvertures du dimanche de «moment de vérité autour de la seule question qui vaille: dans quelle société voulons-nous vivre?» Son texte est intitulé: Ne réduisons pas l’existence à la consommation.

«La loi Macron produira des effets marginaux sur la croissance et le chômage. Elle brasse très large. Le ministre de l’Economie aurait pu traiter au cas par cas les différents points sans susciter ce mécontentement généralisé. On est plus dans le symbole que dans l’efficacité», estime l’économiste Liêm Hoang-Ngoc. Maître de conférences à l’université Paris I, ce membre du bureau politique du Parti socialiste vient de signer un brûlot contre François Hollande et Manuel Valls. La gauche ne doit pas mourir reprend le sillon du manifeste des socialistes affligés, texte des frondeurs du PS.

Une boussole pour la fin du quinquennat

Martine Aubry, elle, pourrait être cette figure qui manque aux frondeurs. Qui sont-ils? Une quarantaine de députés de l’aile gauche du PS qui menace la majorité socialiste au Parlement. Celle qui devra accepter fin janvier ce texte de Macron qui, à l’instar de Martine Aubry, hérisse justement ces «frondeurs». Un qualificatif, d’ailleurs, que réfute Liêm Hoang-Ngoc: «Il faudrait dire «loyalistes» au programme pour lequel François Hollande a été élu.»

En octobre, Martine Aubry était déjà sortie de sa réserve pour dénoncer l’impasse de la politique économique du gouvernement. Désormais, elle attaque aussi sur des points précis, illustration qu’elle est de retour. Et l’agenda politique lui est favorable. Car les deux prochaines échéances électorales (départementales et régionales) promettent au PS des défaites cinglantes.

Elle s'est déjà opposée à Valls

Le front anti-Manuel Valls a donc ainsi trouvé un chef en la personne de celle qui demandait encore en 2009 à l’actuel premier ministre de quitter le PS s’il ne s’y sentait à l’aise. Après sa deuxième place à la primaire socialiste de 2011 (44% des suffrages), Martine Aubry était entrée dans un long silence.

Mais désormais, et d’ici le prochain congrès du PS qui sera organisé en juin 2015, Martine Aubry entend occuper le terrain. Pas question, selon ses proches, que ces assises socialistes du congrès accouchent d’un texte de synthèse mou. Non, Martine Aubry veut un engagement qui serve de boussole jusqu’à la fin du quinquennat.

Créé: 11.12.2014, 21h09

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.