Passer au contenu principal

AllemagneMerkel: la «haine dans la rue» n'a pas sa place

La Chancelière a réitéré sa condamnation des évènements de Chemnitz, rappelant la prééminence de l'Etat de droit.

Un procès sous tension a débuté lundi contre un groupuscule néonazi de Chemnitz accusé d'avoir voulu perpétrer des attentats en Allemagne. (lundi 30 septembre 2019)
Un procès sous tension a débuté lundi contre un groupuscule néonazi de Chemnitz accusé d'avoir voulu perpétrer des attentats en Allemagne. (lundi 30 septembre 2019)
Keystone
Un procès sous tension a débuté lundi contre un groupuscule néonazi de Chemnitz accusé d'avoir voulu perpétrer des attentats en Allemagne. (lundi 30 septembre 2019)
Un procès sous tension a débuté lundi contre un groupuscule néonazi de Chemnitz accusé d'avoir voulu perpétrer des attentats en Allemagne. (lundi 30 septembre 2019)
Keystone
La situation a dégénéré à Chemnitz dans l'est de l'Allemagne après le meurtre d'un jeune Allemand imputé à des étrangers. (Dimanche 27 août 2018)
La situation a dégénéré à Chemnitz dans l'est de l'Allemagne après le meurtre d'un jeune Allemand imputé à des étrangers. (Dimanche 27 août 2018)
AFP
1 / 32

La chancelière Angela Merkel a déclaré mardi que la «haine dans la rue» n'avait pas sa place en Allemagne après les incidents survenus deux jours durant à Chemnitz lors de manifestations d'extrême droite.

«Ce que nous avons vu n'a pas sa place dans un Etat de droit», a déclaré la chancelière lors d'une conférence de presse à Berlin. «(...) Nous avons vu des chasses collectives, nous avons vu de la haine dans la rue, et cela n'a rien à voir avec un Etat de droit», a-t-elle insisté.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.