Passer au contenu principal

AllemagneMerkel nomme celle qui pourrait lui succéder

Annegret Kramp-Karrenbauer doit devenir lundi secrétaire générale de la CDU et donc la numéro 2 du parti. Elle pourrait succéder à la chancelière allemande.

Surnommée la «Merkel de la Sarre», Annegret Kramp-Karrenbauer est régulièrement présentée comme la dauphine favorite de la chancelière.
Surnommée la «Merkel de la Sarre», Annegret Kramp-Karrenbauer est régulièrement présentée comme la dauphine favorite de la chancelière.
Keystone

Angela Merkel a décidé de désigner une proche, Annegret Kramp-Karrenbauer, pour devenir numéro deux de son parti conservateur CDU. La chancelière allemande met ainsi le pied à l'étrier à celle qui pourrait lui succéder.

Chef du gouvernement du petit Etat régional de Sarre et réputée très proche d'Angela Merkel, Annegret Kramp-Karrenbauer, 55 ans, doit devenir dans la journée secrétaire générale du parti démocrate-chrétien. Elle succédera à Peter Tauber, 43 ans, démissionnaire pour raison de santé à ce poste stratégique, a indiqué lundi à l'AFP une source proche du parti.

Surnommée la «Merkel de la Sarre», Mme Kramp-Karrenbauer est régulièrement présentée dans les médias allemands comme la dauphine favorite de la chancelière. Les deux femmes partagent une même ligne politique plutôt centriste face au mécontentement de l'aile droite du mouvement, qui demande un virage plus conservateur face à la progression de l'extrême droite.

Geste en direction des contestataires

Néanmoins, en nommant une nouvelle personne au poste de secrétaire général, la chancelière allemande fait un geste en direction des contestataires de son parti. Lesquels réclament un rajeunissement, un renouvellement à la tête du parti et surtout la préparation de la succession d'Angela Merkel, après douze ans au pouvoir.

Mme Kramp-Karrenbauer devrait officiellement prendre la succession de Peter Tauber lors d'un congrès exceptionnel de la CDU le 26 février à Berlin. Controversé au sein de la CDU, M. Tauber doit, de son côté, officialiser son retrait lundi.

Angela Merkel est confrontée actuellement à une fronde interne au sein de la CDU. Lancinante depuis un mauvais score aux législatives de septembre, l'insurrection vient de gagner en vigueur après les concessions acceptées pour former une coalition gouvernementale avec les sociaux-démocrates.

La chancelière a renoncé en particulier au ministère des Finances, considéré par les conservateurs comme garant de la rigueur budgétaire dans le pays. Ce ministère sera dirigé par les sociaux-démocrates, si les militants de ce parti approuvent le contrat de coalition négocié dans la douleur. Le résultat sera connu le 4 mars.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.