La mise en scène de la France qui va mieux

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Ça tiendra bien jusqu’en 2017…» S’il est un livre à lire parmi ceux qui nourrissent le tsunami éditorial précampagne présidentielle en France, on conseillera celui de Sophie Coignard et de Romain Gubert. Ces deux journalistes du Point expliquent dans un livre enquête (chez Albin Michel) «la façon dont nous ne sommes pas gouvernés». C’est le sous-titre tapageur du livre qui pourtant tient ses promesses.

Le propos est simple, connu. Il a déjà été répété par une majorité de contempteurs des élites tricolores: les politiciens ne gouvernent pas, ils communiquent. Et ils mettent en scène leur immobilisme dans le seul dessein de travailler à leur survie, à leur réélection. Evidemment, le ton «sniper de la République» ajoute du sel à l’exercice de la critique, voire parfois à un ton proche de la satire. Sauf que c’est une enquête et que le livre se construit sur des faits d’actualité, qui, multipliés, en deviennent des faits divers.

Ségolène Royal qui annonce que les autoroutes seront gratuites le week-end alors qu’elle ne peut pas en décider. Que le prix des billets SNCF n’augmentera pas… malgré le fait que ses propres services aient validé les hausses quelques heures auparavant. N’y voyez pas pour autant l’incompétence de l’ex-candidate à la présidence, mais l’une des plus belles expressions du ministère de la parole. Le beau jeu consiste à s’attirer les sympathies de l’opinion publique en s’exonérant de son impuissance par une profonde colère médiatique.

«Ce n’est plus de la politique, c’est une injonction à être heureux»

En ces jours bénis où la France enregistre quelques indicateurs mensuels encourageants (le chômage en baisse) et annonce un contrat record (12 sous-marins vendus à l’Australie pour 32 milliards de francs), il n’est pas inutile de regarder derrière le décor. «La France va mieux.» Le président François Hollande l’a répété jusqu’à plus soif lors de son allocution TV. On pensait que c’était un vœu pieux, alors que l’on doit désormais se persuader que c’était une parole magique. Comme par enchantement, des premiers résultats tombent, qui sont immédiatement repris en chœur par les ministres du gouvernement réunis en meeting sous l’appellation infantilisante de «Hé ho la gauche!» Ce n’est plus de la politique, c’est une injonction à être heureux. Et François Hollande désormais de multiplier les visites dans cette France qui va mieux.

Peu importent les déceptions de quatre années de hollandisme ou le nombre de chômeurs supplémentaires depuis 2011, pour rester au pouvoir, il faut parier que seuls les douze derniers mois comptent et que «ça tiendra bien jusqu’en 2017…» Un livre à lire sans attendre autant.

Créé: 28.04.2016, 19h22

Xavier Alonso, correspondant à Paris

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.