Passer au contenu principal

ItalieLe n°2 du parti de Berlusconi appelle à soutenir Letta

Angelino Alfano, secrétaire et numéro deux du Peuple de la Liberté (PDL), a appelé mardi «tout le parti» à voter la confiance mercredi au gouvernement d'Enrico Letta, en défi ouvert au Cavaliere.

Silvio Berlusconi n'est plus «Cavaliere». Il s'est lui même exclu de l'association des «Chevaliers du travail». Sa condamnation avait poussé certains membres des Chevaliers du Travail a demander l'expulsion.
Silvio Berlusconi n'est plus «Cavaliere». Il s'est lui même exclu de l'association des «Chevaliers du travail». Sa condamnation avait poussé certains membres des Chevaliers du Travail a demander l'expulsion.
AFP
Berlusconi sera bien interdit de mandat pour 2 ans. La Cour de Cassation a confirmé la sentence prononcée dans le procès Mediaset. Cette peine prive Berlusconi du droit de vote et de la possibilité d'être élu. (18 mars 2014)
Berlusconi sera bien interdit de mandat pour 2 ans. La Cour de Cassation a confirmé la sentence prononcée dans le procès Mediaset. Cette peine prive Berlusconi du droit de vote et de la possibilité d'être élu. (18 mars 2014)
AFP
Silvio Berlusconi a également des partisans, à l'instar de cet homme qui porte une pancarte «Berlusconi, tu es un mythe». (30 juillet 2013)
Silvio Berlusconi a également des partisans, à l'instar de cet homme qui porte une pancarte «Berlusconi, tu es un mythe». (30 juillet 2013)
AFP
1 / 28

Un député du PDL a précisé qu'une majorité d'élus du PDL allait soutenir le gouvernement mercredi.

«Je reste fermement convaincu que notre parti tout entier doit voter demain la confiance à Letta», a déclaré Angelino Alfano, en contradiction avec l'ordre de rupture avec le gouvernement d'union gauche-droite, lancé samedi dernier par Silvio Berlusconi.

La plupart des parlementaires du Peuple de la liberté sont favorables au maintien du gouvernement d'Enrico Letta, a estimé de son côté un responsable du camp modéré au sein du PDL.

Point d'équilibre

Le sénateur Carlo Giovanardi a déclaré que les élus PDL soutenaient la bataille engagée par Silvio Berlusconi pour éviter son exclusion du Sénat mais qu'une majorité de députés et de sénateurs du PDL ne souhaitaient pas provoquer la chute du gouvernement d'Enrico Letta, qui devrait solliciter la confiance du Parlement mercredi.

«Nous sommes pour le maintien de ce gouvernement, qui est le seul point d'équilibre politique possible», a-t-il dit. Tandis qu'il s'exprimait, Angelino Alfano et Gianni Letta, oncle du président du Conseil et conseiller de Silvio Berlusconi, se trouvaient dans les bureaux d'Enrico Letta.

Le PDL est divisé entre les «faucons», qui ont incité Silvio Berlusconi à ordonner samedi la démission des cinq ministres issus de son parti, et les «colombes», qui dénoncent cette stratégie susceptible de plonger l'Italie dans une grave crise politique.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.