Comment Nicolas Sarkozy a tué l’UMP

AnalyseEn «collant» au discours du Front national, le président sortant n’a fait que rendre acceptables les thèses xénophobes dans l’esprit d’un nombre croissant d’électeurs et semer la désunion au sein de son propre camp.

Nicolas Sarkozy peu après la passation de pouvoir.

Nicolas Sarkozy peu après la passation de pouvoir. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’UMP est morte. Ou du moins, la forme actuelle de cette vaste formation de la droite démocratique française a été anéantie par l’ancien président Nicolas Sarkozy. La ligne qu’il a imposée à son parti depuis le discours de Grenoble le 30 juillet 2010 s’est révélée mortifère. En «collant» au discours du Front national, il n’a fait que rendre acceptables les thèses xénophobes dans l’esprit d’un nombre croissant d’électeurs et semer la désunion au sein de son propre camp.

Par sa constitution même, l’UMP ne pouvait pas supporter une telle dérive. Créée en 2002, l’Union pour un mouvement populaire est la réunion des deux principaux courants de la droite française, d’une part le RPR héritier du gaullisme conservateur, d’autre part l’UDF - DL europhile, centriste, sociale et libérale. En tirant cette toile délicate vers l’extrême droite, Nicolas Sarkozy l’a déchirée sans espoir de la recoudre telle qu’elle était. Dès lors, c’est toute la droite, du centre à l’extrême, qui va se recomposer sur les ruines de l’UMP. A ce propos, le congrès de ce parti en novembre prochain sera passionnant à suivre.

Même si elle a abouti à la double défaite de la présidentielle et des législatives, la ligne droitière de Sarkozy demeure soutenue par nombre d’élus et de sympathisants de l’UMP, notamment dans l’Est. On ne saurait donc exclure l’apparition d’un pôle d’extrême droite qui grouperait le FN et les éléments xénophobes de l’UMP.

La partie gaulliste ex-RPR devrait retrouver ses bases conservatrices tout en rejetant les idéologies racistes qui sont incompatibles avec sa profession de foi. Mais ce néogaullisme ne saurait reconquérir ses électeurs sans l’apport d’un pôle centriste social libéral. Or, le centre a bien du mal à exister en France. Sa reconstitution est pourtant indispensable afin que le néogaullisme ne soit pas réduit au face-à-face avec une extrême droite qui se trouve en pleine phase ascendante.

Créé: 18.06.2012, 20h22

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.