«Le nouveau système d’immigration britannique est une catastrophe!»

Royaume-UniDès le 1er janvier 2021, le pays barrera la route aux migrants non qualifiés. Vent de panique parmi les employeurs.

La ministre de l’Intérieur, Priti Patel, a soulevé un vent de colère parmi les employeurs.

La ministre de l’Intérieur, Priti Patel, a soulevé un vent de colère parmi les employeurs. Image: AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Fini, les plombiers polonais! Mais aussi les Roumains travaillant dans le bâtiment, les aides-infirmières tchèques, les nettoyeuses croates, les serveuses slovènes et les agents de sécurité slovaques, sans même parler des employés agricoles bulgares… Ce mercredi, le gouvernement britannique a dévoilé le nouveau système d’immigration à points qu’il entend appliquer dès janvier 2021. Un système conçu expressément pour barrer la route aux migrants non qualifiés, d’où qu’ils viennent, et n’accepter que les «cerveaux».

Décrétant la fin de la libre circulation européenne en Grande-Bretagne, la ministre de l’Intérieur, Priti Patel – fille d’Indiens immigrés en Ouganda puis au Royaume-Uni – a soulevé un vent de colère parmi les employeurs et semé la panique dans les services de santé ou encore la restauration et l’hôtellerie, qui dépendent largement de la main-d’œuvre bon marché. On estime que 70% des citoyens européens vivant actuellement outre-Manche n’auraient pas répondu aux nouvelles exigences imposées par Londres.

Concrètement, pour décrocher un visa de travail, il vous faudra engranger 70 points en additionnant divers critères: parler l’anglais (10 points), avoir trouvé un employeur disposé à vous engager (20), avoir les compétences requises (20), un salaire annuel d’au moins 23'040 livres (10) ou 25'600 livres (20), dans un secteur économique en pénurie (20). Enfin, disposer d’un doctorat jugé utile peut vous rapporter encore 10 ou 20 points.

Des travailleurs essentiels

«Un désastre absolu pour le secteur des soins!» a réagi Unison, le syndicat de la fonction publique. «Ces jobs que le gouvernement juge peu qualifiés sont essentiels à la bonne santé et la croissance des entreprises» et le nouveau système d’immigration «risque de nous priver des personnes dont nous avons besoin pour fournir à la population les services sur lesquels elle compte», s’inquiète Tom Hadley, directeur à la «Recruitment and Employment Confederation», sur le site du quotidien «The Guardian», ajoutant: «Nous avons besoin de travailleurs qui puissent nous aider à prendre soin de nos personnes âgées, construire nos maisons et garder une économie forte.» Or, cela risque de devenir d’autant plus difficile que «le taux de chômage est déjà bas», souligne Carolyn Fairbairn, de la Confederation of British Industry.

Étudiants à points

La nouvelle politique d’immigration n’affectera certes pas les 3,2 millions d’Européens qui ont déjà demandé à pouvoir rester au Royaume-Uni. Par ailleurs, les «gens du continent» pourront séjourner sur le territoire jusqu’à six mois avec un visa de tourisme, le temps de trouver un employeur potentiel. Par contre, le visa d’étudiant sera aussi basé sur un système à points. La venue d’artistes et de sportifs sera soumise à conditions. Quant aux indépendants, ils devront renoncer à migrer.

Créé: 19.02.2020, 21h10

Articles en relation

Boris Johnson et Michel Barnier déjà face à face

Brexit Londres et Bruxelles ont annoncé leurs conditions préalables à un accord commun. Les négociations s’annoncent ardues. Plus...

À Scarborough, on espère que le Brexit remplira les filets

Brexit Les pêcheurs veulent reprendre le contrôle de leurs eaux. Mais l’industrie, autrefois florissante, est à genoux. Plus...

«Bloody pheasant», le Brexit aura ta peau

La rédaction Virginie Lenk s'interroge sur la tradition anglaise de la chasse au faisan et son avenir. Plus...

«Le Brexit était inéluctable»

Royaume-Uni En ce 31 janvier, l’ex-ministre de l’Europe Denis MacShane voit sa prédiction de 2015 se réaliser. Interview. Plus...

Les jeunes Suisses reverront-ils Erasmus? Pas sûr du tout

Formation Berne devrait réintégrer le programme d’échange d’étudiants dès l’an prochain, mais le Brexit rebat les cartes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.