L'OSCE négocie «mètre par mètre» l'accès au site du crash

Vol MH17Alors que l'Australie va envoyer une «force non menaçante» sur le site du crash du MH17 en Ukraine, Alexander Hug, numéro deux de la mission de l'OSCE, explique comment les observateurs doivent négocier l'accès au site.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La coopération entre observateurs de l'OSCE et séparatistes sur le site du crash aérien dans l'est de l'Ukraine est «meilleure, bien que toujours compliquée». Interviewé par la SonntagsZeitung, le Suisse Alexander Hug, numéro deux de la mission de l'OSCE en Ukraine, estime que ces contacts participent à une certaine désescalade des tensions sur certains axes.

«Notre coopération avec les rebelles s'est améliorée», souligne Alexander Hug. «Les négociations demeurent toutefois compliquées. Aussitôt que la cause du crash est évoquée dans les discussions, ça devient très sensible», poursuit-il, ajoutant que les parties ont à présent des contacts quotidiens afin d'assurer l'accès des observateurs au site.

Convenir de la route

Dans le même but, des trêves temporaires ont lieu plusieurs fois par jour, explique le Suisse. «Cette situation génère certains faisceaux en vue d'une stabilisation», relève-t-il. «C'est très positif.»

Les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OCDE) se mettent en contact avec les séparatistes «pour convenir mètre par mètre du chemin par lequel accéder au site du crash». Des discussions avec plusieurs chefs rebelles - désormais connus des observateurs présents depuis mars dans l'est ukrainien - sont nécessaires pour parvenir à un accord.

Images difficiles

Alexander Hug a évoqué des images difficiles à digérer sur les lieux de la catastrophe. «J'ai été dans de nombreux lieux de crises. Mais je n'ai encore jamais vécu la découverte de près de 300 civils innocents en un lieu si réduit, dont de nombreux enfants. On ne peut pas comprendre cela.»

Malgré toutes les mesures prises pour aider les observateurs à digérer leurs impressions, il en est convaincu: «Les images et les odeurs resteront longtemps. Aussi pour moi. On n'oublie pas l'odeur de la mort».

Les images de l'OSCE en Ukraine

L'Austalie envoie une «force non menaçante»

L'Australie, qui regrette la présence de corps sur les lieux du crash, a insisté sur la nécessité d'une déploiement humanitaire. Un «certain nombre» de policiers armés se rendront la semaine prochaine sur le site, a annoncé Canberra dimanche, en insistant sur le fait qu'il s'agirait d'une «force non menaçante», dépourvue de soldats.

L'Australie et les Pays-Bas - qui ont payé un lourd tribut dans la catastrophe du vol MH17 - se sont préparés à l'envoi d'un contingent en Ukraine dans le cadre d'une mission de police internationale afin d'assurer la sécurité du site, récupérer les restes des victimes et permettre une enquête indépendante.

La ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop, a indiqué que des membres de l'équipe australienne, dont elle n'a pas précisé le nombre, seraient armés pour protéger les enquêteurs.

«Tout ce que nous voulons consiste à sécuriser le site afin qu'il puisse être inspecté en détail et ramener tous les restes», a souligné Mme Bishop auprès de la télévision Channel Ten, depuis Amsterdam.

Risque de refus des insurgés

Son envoyé spécial dans l'est de l'Ukraine, l'ancien chef de l'armée de l'air Angus Houston, a indiqué dimanche qu'il n'était pas question que des soldats australiens rejoignent la mission de police internationale déployée sur le site du crash.

Les insurgés pro-russes, critiqués avec virulence dans le monde pour leur gestion du site et le traitement réservé aux corps, ont d'ores et déjà signalé aux inspecteurs de l'OSCE qu'ils n'accepteraient pas la présence sur le site de plus de 35 étrangers.

«Je pense qu'il sera très important de s'afficher comme une force non agressive, non menaçante, pour que personne ne s'y oppose», a déclaré Angus Houston à l'Australian Broadcasting Corporation, ajoutant que l'«opération humanitaire» commencerait la semaine prochaine. (ats/afp/nxp)

Créé: 27.07.2014, 08h16

Articles en relation

Les enquêteurs retrouvent encore des corps sur le site du crash

Crash du MH17 Selon le Premier ministre australien, «il y a des corps qui n'ont pas été récupérés sur le site» plus d'une semaine après le crash du vol MH17. Tony Abbott appelle au déploiement d'une mission humanitaire. Plus...

Les USA jugent Poutine «coupable» du crash en Ukraine

vol MH17 Le porte-parole de la Maison Blanche a estimé vendredi que le président russe était «coupable» de la destruction du Boeing de Malaysia Airlines en Ukraine. Plus...

L'enquête sur le crash du MH17 piétine

UKRAINE L'enquête sur le crash du Boeing de la Malaysia Airlines n'avance pas, alors que le pays s'enfonce dans la crise politique. Plus...

Les enquêteurs continuent à trouver des corps et des débris

VOL MH17 Une semaine après le crash de l'avion malaisien, les enquêteurs continuent à découvrir des morceaux importants du Boeing ainsi que des nouveaux corps. Plus...

Les phobiques de l'avion redoublent d'angoisse

Série noire Des avions qui s'écrasent en Ukraine, à Taïwan puis au Mali: trois crashs en une semaine et les angoisses se réveillent chez les phobiques de l'avion, pour qui se déplacer par les airs est déjà un calvaire. Plus...

Galerie photo

En images, les événements en Ukraine (mai-septembre 2014)

En images, les événements en Ukraine (mai-septembre 2014) La crise qui fait vaciller l'Ukraine depuis plusieurs mois a connu un tournant majeur avec la signature d'un cessez-le feu.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.