Passer au contenu principal

Paris découvre Notre-Dame blessée mais vivante

Chez les habitants comme chez les touristes, le soulagement a succédé mardi à la sidération.

Touristes et Parisiens se massent au chevet de la cathédrale meurtrie, soulagés que l’essentiel ait été préservé.
Touristes et Parisiens se massent au chevet de la cathédrale meurtrie, soulagés que l’essentiel ait été préservé.
Keystone

À la sortie du métro Pont Marie, une odeur de cendre froide signale encore l’incendie de Notre-Dame. Puis, par réflexe, les yeux fouillent le ciel gris pour y chercher la grande flèche de la cathédrale. On a beau savoir qu’elle s’est effondrée la veille dans le brasier, le regard est déstabilisé par ce vide béant. Paris se voit ainsi privé de l’un de ses principaux repères. Un de ces monuments que l’on côtoie chaque jour sans y faire attention, contrairement aux touristes, et dont l’absence révèle à quel point chacun y était attaché.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.