Passer au contenu principal

Paris enregistre des pics de pollution aussi nocifs que le tabagisme passif

Selon Le Monde, respirer l’air parisien le 13 décembre 2013 équivalait à se trouver dans une pièce de 20 m2 occupée par huit fumeurs.

AFP

Le constat fait tousser. Le 13 décembre 2013, le ciel de la capitale française était chargé de 6 millions de particules fines par litre d'air, soit 30 fois plus que le niveau normal, rapporte Le Monde. À titre de comparaison, le quotidien estime que «les rues de Paris étaient aussi polluées qu'une pièce de 20 mètres carrés occupée par huit fumeurs». Ces données inédites rendues publiques aujourd’hui ont été recueillies par le ballon de Paris, capable de mesurer depuis 18 mois les nanoparticules présentent dans l’air de la capitale.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.