Paris veut annuler l'arbitrage favorable à Tapie

AffairismeParis souhaite déposer un recours en révision pour faire annuler l'arbitrage suspect qui a accordé 495 millions de francs en 2008 à l'homme d'affaires Bernard Tapie.

L'homme d'affaires Bernard Tapie.

L'homme d'affaires Bernard Tapie. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Annuler l'arbitrage qui a accordé le pactole à Bernard Tapie après toutes les «affaires». Tel est l'objectif du gouvernement français au lendemain de la mise en examen de Stéphane Richard, un proche de la patronne du FMI Christine Lagarde, pour escroquerie en bande organisée.

Le PDG d'Orange a été mis en examen mercredi pour «escroquerie en bande organisée» dans le cadre de l'enquête sur cet arbitrage dont a bénéficié Bernard Tapie pour le litige l'opposant au Crédit Lyonnais sur la revente d'Adidas.

D'abord révélée par le quotidien Le Monde, l'information a été confirmée par les services du Premier ministre.

«Nous contestons et continuons de contester l'utilisation de l'arbitrage pour régler un contentieux qu'il y avait entre l'Etat et Monsieur Tapie», a expliqué Jean-Marc Ayrault sur la radio France Inter.

«Je suis en totale cohérence avec ce que j'ai fait quand j'étais dans l'opposition, comme président du groupe socialiste, quand j'avais déjà contesté le choix de l'arbitrage, alors que nous pensions que c'était à la justice ordinaire de traiter cette question», a ajouté le Premier ministre.

Décision conjointe

L'entourage de François Hollande indique que la décision de déposer un recours est une décision conjointe du président et du Premier ministre. L'Etat devra engager son recours en révision devant la Cour d'appel de Paris, à laquelle il devra apporter des éléments nouveaux.

Une nécessité qui sera facilitée par sa constitution de partie civile dans le volet pénal de cette affaire, qui lui donnera accès au dossier. Si la Cour d'appel décide d'annuler l'arbitrage, le règlement du litige opposant Bernard Tapie au Crédit Lyonnais repartirait alors de zéro.

Présomption d'innocence

«La question est posée» de savoir si Stéphane Richard doit se maintenir à la tête d'Orange, a déclaré sur la radio RTL la ministre française de l'Economie numérique, Fleur Pellerin. «Et la réponse devrait être apportée par le conseil d'administration qui se réunira dans les jours prochains. Ce sera en début de semaine prochaine», a-t-elle ajouté.

Mais la ministre a fait savoir que le sort du patron d'Orange n'avait pas encore été décidé. «Nous sommes en train d'en discuter», a-t-elle seulement indiqué.

«La présomption d'innocence vaut vis-à-vis de la personne, ensuite il y a les intérêts de l'entreprise», a-t-elle argumenté, répétant que la position des trois représentants de l'Etat français au conseil d'administration sera dans le seul intérêt de l'entreprise.

«Cela met en lumière un système qui a été mis en place au cours de ces dix dernières années et je crois que ce n'est pas la seule illustration. Vous avez l'histoire des prélèvements en espèces sur les frais d'enquête de (Claude) Guéant, le financement libyen de la campagne (politique de Nicolas Sarkozy) de 2007. Vous avez l'affaire Bettencourt», a-t-elle énuméré sur RTL.

Responsabilité revendiquée

L'Etat français détient 27 % du capital d'Orange et totalise trois membres sur 15 au sein du conseil d'administration.

Depuis 2008, Christine Lagarde, qui était à l'époque ministre de l'Economie, a toujours revendiqué la responsabilité d'avoir choisi la procédure de l'arbitrage dans l'affaire Tapie-Crédit Lyonnais et la décision de renoncer à demander l'annulation du jugement, en invoquant sa volonté de mettre fin à une procédure longue et coûteuse.

Mme Lagarde a elle été placée dans cette même affaire sous le statut de témoin assisté, intermédiaire entre ceux de témoin et d'inculpé.

Créé: 13.06.2013, 17h12

Articles en relation

«Le soir de l'élection de Sarkozy, j'étais chez moi»

Bernard Tapie Benoît Bartherotte décrit comment l'homme d'affaires a exulté le soir de l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007. «Ça y est: j'ai les sous». Bernard Tapie dément. Plus...

A 69 ans, Bernard Tapie rebondit et devient patron de presse

France Tour à tour homme d'affaires, président d'un club de football champion d'Europe, ministre, prisonnier, comédien, le Français va endosser un nouveau costume, celui de patron de presse, avec le rachat de plusieurs journaux. Plus...

Bernard Tapie rafle les derniers titres du groupe Hersant

Médias L'homme d'affaires, allié à la famille Hersant, va mettre la main sur les titres restants du Groupe Hersant Médias (GHM), dont La Provence et Nice Matin, son offre ayant été retenue par les banques créancières du groupe. Plus...

Bernard Tapie renonce à reprendre les derniers titres de Hersant

Médias La famille Hersant devait signer vendredi avec Bernard Tapie une offre de reprise à hauteur de 50 millions d'euros pour les activités restantes du groupe de presse régionale (La Provence, Nice Matin et les journaux d'outre-mer). Plus...

Tapie met en location son nouveau palace flottant

Côte d’Azur L’homme d’affaires devenu comédien a acquis un méga-yacht encore plus luxueux que le «Phocea». Le bateau, qui mouille face aux plages de Juan-les-Pins, est à louer pour la somme de 570'000 euros la semaine. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.