Les passeurs de migrants mettent le cap sur l’Espagne

MéditerranéeLes traversées entre Libye et Italie sont en baisse. Le détroit de Gibraltar serait-il le nouvel eldorado des passeurs?

Les services espagnols ont secouru près de 600 migrants qui tentaient la traversée à bord de quinze embarcation.

Les services espagnols ont secouru près de 600 migrants qui tentaient la traversée à bord de quinze embarcation. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est en scooter des mers que les passeurs transportaient, chaque jour ou presque, deux migrants à travers le détroit de Gibraltar. Pour 5000 euros par personne, ils parcouraient en une dizaine de minutes les 18 km séparant le Maroc de l’Espagne. Débarqués sur une plage des provinces de Cadix ou de Málaga, ils étaient ensuite retenus en captivité à Algésiras jusqu’à ce que leurs proches aient effectué le paiement à Ceuta, l’une des deux enclaves espagnoles en Afrique. Voilà ce que la police a découvert en démantelant un réseau d’immigration illégale. Sur les deux rives du détroit, le trafic clandestin est en plein boom.

Au cours d’une seule journée, les services espagnols ont secouru près de 600 migrants qui tentaient la traversée à bord de quinze embarcations et d’un scooter des mers. Parmi eux, au moins 35 mineurs dont un bébé. Des chiffres inhabituellement élevés, qui ne font que confirmer la tendance. Depuis le début d’année, en effet, au moins 8385 personnes ont débarqué sur les côtes ibériques, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Genève, soit trois fois plus que l’année passée durant la même période. Et le mois dernier, ils étaient au moins 2300 à faire la traversée, note pour sa part Frontex, l’agence européenne de contrôle des frontières. C’est quatre fois plus qu’un an plus tôt!

Vases communicants

Bien sûr, on est très loin du «record» établi par les gardes-côtes italiens le 26 juin en repêchant quelque 5000 migrants partis de Libye. Depuis le début de l’année, ils sont plus de 97 300 à avoir ainsi rejoint la Botte par voie maritime (tandis que 2242 personnes ont péri dans les eaux). En quatre ans, la Péninsule a vu arriver presque 600 000 Africains.

Cela dit, en juillet, «seulement» 10 160 migrants ont fait la traversée entre la Libye et l’Italie, ce qui représente tout de même une baisse de 57% par rapport au mois de juin. Bref, une partie du flux migratoire se déplace vers l’ouest de la Méditerranée.

«L’Espagne ne pourra pas garder seule la frontière sud de l’Europe.»

D’ailleurs, à Ceuta, l’une des deux enclaves espagnoles dans le nord du Maroc, on a également constaté une forte augmentation des entrées clandestines. Début août, 200 personnes ont réussi à pénétrer d’un coup sur ce petit territoire faisant face à Gibraltar, en piquant un sprint à travers le poste de contrôle, où l’unique douanier n’a rien pu faire. Dans les jours précédents, les forces espagnoles et marocaines avaient réussi à empêcher deux groupes de 700 et 1000 migrants de franchir les barrières de sécurité.

Deal italo-libyen

Pourquoi donc le détroit de Gibraltar redevient-il une des routes privilégiées par les migrants? Selon les services espagnols, les personnes interceptées affirmaient en janvier déjà que les passeurs leur avaient recommandé d’éviter la Libye, car ils savaient que les gardes-côtes allaient commencer à barrer la route aux bateaux, dans le cadre d’un deal passé avec l’Italie. Visiblement, ils étaient très bien informés. Ces derniers temps, les gardes-côtes se sont en effet montrés plus offensifs. Cet été, Tripoli a annoncé la création d’une vaste zone maritime de recherche et de sauvetage… interdite aux navires étrangers, notamment ceux d’ONG telles que Médecins sans frontières (MSF), Sea Eye ou encore Save The Children.

L’Italie a en effet promis de l’aide européenne à la Libye, si celle-ci ramène sur ses côtes les Africains tentés par la traversée de la Méditerranée. Le thème de l’immigration domine en effet les débats politiques dans la Péninsule, où des élections auront lieu au début de l’an prochain. Or, l’hostilité est de plus en plus marquée dans l’opinion publique.

Ruée vers l’ouest

Clairement, les migrants ont tout à redouter des gardes-côtes libyens, qui ont reçu pour mission de les arrêter puis de les placer dans des centres de détention qui ont une réputation épouvantable. Un récent rapport d’Oxfam affirme que les personnes jetées dans ces prisons sont violées, abusées, torturées et parfois tuées. Dans nos colonnes, Bruno Jochum, directeur général de MSF Suisse, évoquait aussi des cas de malnutrition adulte et même d’esclavage.

En Espagne, en tout cas, le quotidien El País juge «évident que la pression migratoire s’est transférée vers l’Ouest méditerranéen». Craignant le pire, il met en garde: «L’Espagne ne pourra pas garder seule la frontière sud de l’Europe.»

Créé: 30.08.2017, 18h48

Articles en relation

Des passeurs de migrants en jet-ski arrêtés

Espagne La péninsule ibérique connaît depuis des semaines un important afflux d'immigrés, parfois sur de petites embarcations. Plus...

L'ONU appelle la Libye à relâcher les migrants

Droits humains Un rapport fait état des violences subies par les migrants dans les prisons libyennes et dénonce de nombreuses violations des droits humains. Plus...

Quelque 600 migrants secourus en un jour

Espagne Les services de sauvetage espagnols n'ont pas chômé mercredi. Ils sont intervenus auprès d'une quinzaine d'embarcations en provenance du Maroc. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.