Julian Assange prêt à coopérer avec la Suède

AustralieLe fondateur de WikiLeaks s'est dit prêt à coopérer avec les autorités suédoises si elles demandent son extradition. Son père veut le faire rapatrier lui en Australie.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'avocate de Julian Assange, Jennifer Robinson, a déclaré dimanche qu'il était prêt à coopérer avec les autorités suédoises si celles-ci demandent son extradition mais que la priorité reste d'éviter une extradition aux Etats-Unis. Plus tôt, le père du fondateur de WikiLeaks a exhorté le gouvernement australien à rapatrier son fils en Australie.

Le fondateur de WikiLeaks est en détention après son arrestation jeudi à l'ambassade d'Equateur de Londres où il avait trouvé refuge il y a sept ans pour échapper à un mandat d'arrêt britannique pour des accusations de viol et d'agression sexuelle en Suède, qu'il a toujours niées.

La plainte pour agression sexuelle a été frappée par la prescription en 2015, puis la Suède a abandonné les poursuites dans la deuxième affaire en mai 2017, faute de pouvoir faire avancer l'enquête. Mais à l'annonce de l'arrestation, l'avocate de la plaignante a réclamé la réouverture de l'enquête. «Nous sommes absolument heureux de répondre à ces questions si et quand elles se présentent», a déclaré Me Jennifer Robinson à Sky news. Et de préciser que «la question-clé en ce moment est l'extradition des États-Unis».

Pas vers les Etats-Unis

L'Australien de 47 ans a aussi été arrêté en lien avec une demande d'extradition venant des Etats-Unis qui l'accusent d'avoir aidé l'ex-analyste du renseignement américain Chelsea Manning à obtenir un mot de passe pour accéder à des milliers de documents classés secret-défense. Cette demande d'extradition sera examinée par la justice britannique le 2 mai.

En cas de demande d'extradition par la Suède, «nous demanderons certainement les mêmes assurances que nous avons déjà formulées, que Julian Assange ne soit pas envoyé aux Etats-Unis», a déclaré l'avocate, expliquant que son client s'était réfugié à l'ambassade faute d'avoir ces garanties.

Pas inquiet

Plus de 70 parlementaires britanniques ont signé une lettre adressée au ministre de l'Intérieur britannique, lui demandant de donner la priorité à une éventuelle demande d'extradition suédoise. «Julian n'a jamais été inquiet d'affronter la justice britannique ou suédoise», a assuré Me Robinson. L'avocate a aussi qualifié de «scandaleuses» les accusations de Quito au sujet du comportement de Julian Assange au sein de l'ambassade, qui aurait «souillé les murs avec ses excréments».

Quant au chat de Julian Assange, qui était aussi devenu un sujet de discorde, Quito s'inquiétant pour son bien-être et menaçant de l'envoyer dans un refuge, WikiLeaks a indiqué sur Twitter qu'il était en «bonne santé» après avoir été évacué en octobre pour «échapper aux menaces de l'ambassade». Et d'ajouter que le chat et son propriétaire se «retrouveront dans la liberté».

«Choquant»

John Shipton, père biologique de Julian Assange a demandé au DFAT (ministère australien des Affaires étrangères) et au Premier ministre de faire quelque chose«. »Cela peut se résoudre simplement pour la satisfaction de tous. Il y a eu des discussions entre un sénateur et un haut responsable du DFAT pour l'extradition de Julian vers l'Australie«, a-t-il ajouté.

Il s'est dit choqué par l'apparence de son fils lors de son arrestation à l'ambassade en vertu d'une demande d'extradition américaine pour »piratage informatique« et d'un mandat délivré en juin 2012 par la justice britannique pour non présentation au tribunal.

»J'ai vu comme les flics ont dû le porter jusqu'en bas des marches. Il ne semblait pas bien. J'ai 74 ans et je parais en meilleure forme que lui qui en a 47. C'est très choquant«, a-t-il dit. »Pendant des mois et des mois, il a vécu comme un détenu d'une prison de haute sécurité, il ne pouvait même pas aller aux toilettes. Il y avait des caméras suivant ses moindres mouvements«.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a déclaré vendredi que M. Assange ne recevrait »aucun traitement spécial" de Canberra. (afp/nxp)

Créé: 14.04.2019, 09h06

Galerie photo

Le parcours de Julian Assange en images

Le parcours de Julian Assange en images Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, est réfugié depuis 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres pour échapper à un mandat d'arrêt suédois.

Articles en relation

Quito dénonce des attaques informatiques

Affaire Assange Après l'épisode Assange, l'Equateur affirme être victime d'attaques informatiques sans conséquence grave pour l'instant. Plus...

Pétition pour extrader Assange en Suède

Grande-Bretagne Une septantaine de parlementaires britanniques ont signé une lettre demandant à Londres de permettre l'extradition du fondateur de WiliLeaks. Plus...

Assange démarre sa «lutte» contre l'extradition

WikiLeaks Julian Assange a été reconnu coupable de soustraction à la justice par un tribunal londonien. Sa peine sera prononcée à une date qui n'a pas été communiquée. Plus...

Julian Assange arrêté à l'ambassade d'Equateur

Grande-Bretagne Le fondateur de WikiLeaks a été arrêté par la police britannique dans l'ambassade à Londres. Il y était réfugié depuis 2012. Plus...

Assange refuse d'être extradé aux Etats-Unis

Royaume-Uni Julian Assange a été reconnu coupable par un tribunal londonien d'avoir violé les conditions de sa liberté provisoire. Ce qui ouvre la voie à une possible extradition vers les Etats-Unis. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.