Passer au contenu principal

Attentats déjouésLe père du «cerveau» présumé dit sa «honte»

Le père d'Abdelhamid Abaaoud, un Belge d'origine marocaine de 27 ans considéré comme le «cerveau» présumé de la cellule qui préparait des attentats en Belgique, a dit sa «honte».

Le père du jeune homme soupçonné d'être derrière la tentative d'attentat terroriste en Belgique s'est exprimé dans les médias.

«Abdelhamid a jeté la honte sur notre famille. Nos vies sont détruites», déclare-t-il dans une interview accordée mardi 20 janvier au journal La Dernière Heure. «Pourquoi, au nom de Dieu, voudrait-il tuer des Belges innocents ? Notre famille doit tout à ce pays», a ajouté Omar Abaaoud, dont la famille est arrivée en Belgique il y a 40 ans.

«Nous avions une belle vie, oui, même une vie fantastique ici. Abdelhamid n'était pas un enfant difficile et c'était devenu un bon commerçant. Mais tout à coup, il est parti pour la Syrie. Je me suis demandé tous les jours pour quelle raison il s'est radicalisé à ce point. Je n'ai jamais reçu de réponse», ajoute ce père de six enfants, qui vit à Molenbeek-Saint-Jean, un quartier populaire de l'agglomération bruxelloise.

Selon la presse belge, le téléphone d'Abdelhamid Abaaoud, qui a combattu dans les rangs du groupe Etat islamique en Syrie, a été localisé en Grèce, d'où il communiquait, par le biais du frère de l'un d'eux, avec les deux djihadistes tués jeudi dans l'assaut de la police contre leur repaire à Verviers (est de la Belgique).

Il apparaît notamment dans une vidéo où l'EI se vante de commettre des atrocités, s'adressant goguenard à la caméra tandis qu'il conduit un véhicule qui tire des cadavres mutilés vers une fosse commune.

Conversion

En 2014, il a aussi convaincu son jeune frère Younes, alors âgé de 13 ans, de le rejoindre en Syrie. «Il s'est fait embrigader par Abdelhamid et cela, je ne le pardonnerai jamais à Abdelhamid», a affirmé le père des deux jeunes hommes au quotidien bruxellois.

«Si je considère encore Abdelhamid comme mon fils ? C'est une question très difficile. Peut-être que la réponse est la suivante : je ne veux plus jamais le voir. Mais je souhaite en revanche qu'il fasse en sorte que Younes revienne sain et sauf en Belgique», dit-il.

Le coup de filet réalisé samedi à Athènes n'a pas permis d'arrêter Abdelhamid Abaaoud. Un Algérien de 33 ans arrêté ce jour-là dans la capitale grecque, soupçonné d'avoir lui aussi un lien avec la cellule djihadiste, démantelée, a indiqué mardi être «d'accord» pour être extradé vers la Belgique, selon une source judiciaire.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.