Passer au contenu principal

La pilote ukrainienne reste dans les geôles du Kremlin

Nadia Savtchenko, pilote et véritable héroine ukrainienne restera en Russie jusqu'à son procès pour complicité d'assassinat de deux journalistes, a assuré Moscou après le sommet de Minsk.

Le lieutenant et désormais députée Nadia Savtchenko lors de son inculpation à Moscou, le 10 février dernier. Moscou et Kiev se contredisent également sur son sort après le sommet de paix de Minsk.
Le lieutenant et désormais députée Nadia Savtchenko lors de son inculpation à Moscou, le 10 février dernier. Moscou et Kiev se contredisent également sur son sort après le sommet de paix de Minsk.
Reuters

Le sort de la pilote ukrainienne Nadia Savtchenko, détenue en Russie, a été évoqué à Minsk par les présidents russe et ukrainien, mais seule la justice russe peut décider de sa libération, a déclaré vendredi 13 février le Kremlin alors que Kiev s'est pourtant dit «informé» de sa libération prochaine.

Vladimir Poutine «a répété à plusieurs reprises sa position sur le sujet : (Mme Savtchenko) fait l'objet d'enquêtes et sa culpabilité ou son innocence sera établie par l'institution judiciaire», a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, selon l'agence de presse russe RIA Novosti.

Figure ukrainienne

Nadia Savtchenk est l'une des figures qui envenime les relations entre Moscou et Kiev depuis l'an dernier. Cette ancienne pilote des forces aériennes ukrainiennes, qui avait volé sur Sukhoï 24, combattait dans l'est du pays lorsqu'elle a été faite prisonnière par les troupes pro-russes. En Russie, on l'accuse d'avoir joué un rôle dans l'assassinat de deux journalistes. Elle a depuis été élevée au rang de symbole en Ukraine où elle a été élue par contumace députée au parlement. En décembre 2014, cette jeune lieutenant commençait une grève de la faim.

«Aujourd'hui, on vient de dire (à Savtchenko) que la Russie ne considère pas son cas comme faisant partie de l'accord sur l'échange des prisonniers», a résumé son avocat Ilya Novikov sur son compte Twitter.

Le porte-parole du Comité d'enquête russe a indiqué que les enquêteurs possédaient «des preuves irréfutables» de la culpabilité de la pilote, accusée du «meurtre prémédité» à la mi-juin de deux journalistes russes dans l'est de l'Ukraine, où elle combattait en tant que volontaire.

Demande de libération

Jeudi, le président ukrainien Petro Porochenko, cité par son service de presse, avait déclaré avoir été «informé que (sa libération) allait avoir lieu sous peu, sur la base d'une expertise médicale et d'une enquête préliminaire».

Au cours des négociations marathon du sommet de Minsk qui se sont achevées jeudi, il avait «demandé à ce que la (libération de Mme Savtchenko) ait lieu immédiatement, et a été soutenu par la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande», toujours selon son service de presse.

Imbroglio diplomatique

«Une explication leur a été fournie», a déclaré M. Peskov, disant cependant qu'«en tant que tel, le sujet Savtchenko n'a pas été discuté», même si, «bien entendu», il a été «mentionné par la partie ukrainienne».

L'un des points de l'accord signé à Minsk par des émissaires de Kiev et par les rebelles séparatistes porte sur l'échange massif de prisonniers. Problème : les listes de prisonniers présentées par chaque camp ne coïncident pas.

Aux yeux de Moscou, Nadia Savtchenko «n'est ni une prisonnière, ni un otage», a rappelé Dmitri Peskov.

Grève de la faim

La déléguée pour les droits de l'homme auprès du Kremlin, Ella Pamfilova, a rendu visite vendredi à la pilote, en grève de la faim depuis près de deux mois et hospitalisée à cause de sa perte de poids, a indiqué un autre avocat de la pilote, Mark Feïguine.

Un tribunal de Moscou a prolongé mardi jusqu'au 13 mai la détention de Mme Savtchenko, une décision dont la défense de la pilote a fait appel vendredi, selon son troisième avocat, Nikolaï Polozov.

Son arrestation par la Russie a valu à Mme Savtchenko une forte popularité en Ukraine, où elle a été élue députée aux législatives d'octobre, en tête de liste du parti Batkivchtchina (Patrie) de l'ex-Première ministre Ioulia Timochenko.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.