Le streaming vidéo tue la planète à petit feu

En pleine croissance, le streaming relâche dans l’atmosphère autant de CO2 qu’un pays comme l’Espagne. L’arrivée d'Apple et Disney ne va rien arranger.

Les data centers, où sont stockées des milliards de données, consomment des quantités d’énergie gigantesques.

Les data centers, où sont stockées des milliards de données, consomment des quantités d’énergie gigantesques. Image: Arctic-Images/GettyImages

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que les voyageurs commencent à se détourner des transports aériens au nom de la protection de l’environnement (en Suède, le mouvement a même donné lieu au flygskam, la honte de prendre l’avion), c’est au tour du streaming vidéo de se retrouver sur la sellette. Serons-nous bientôt pointés du doigt pour notre consommation de vidéos ou de musique en ligne? Pas impossible.

Aujourd’hui, on peut tout voir et écouter avec internet, le streaming et les connexions haut débit nous permettant de profiter de séries, films et musique instantanément, sans même avoir à attendre que tout soit téléchargé. On s’est dit, un temps, que cette dématérialisation des supports était plus écolo que d’acheter un DVD ou un CD fabriqué à l’autre bout du monde, avec son boîtier et sa galette en plastique. Mais on réalise aujourd’hui que le stockage de ces milliards de données dans les fameux data centers est excessivement gourmand en énergie.

Le streaming seul serait responsable de 1% des émissions de CO2 sur la planète

Ces gigantesques fermes numériques nécessitent en effet d’être refroidies en permanence, et les données d’être acheminées dans nos box personnelles par le biais de réseaux et serveurs. Selon un rapport du groupe de recherche français Shift Project publié en juillet dernier, le streaming seul serait responsable de 1% des émissions de CO2 sur la planète, avec 304 millions de tonnes par an. L’équivalent de ce que rejette un pays comme l’Espagne.

«Depuis la publication du rapport, la compréhension de la problématique a beaucoup évolué, nous explique Maxime Efoui-Hess, son auteur principal. On voulait faire comprendre que le streaming n’est pas quelque chose de virtuel. Ce rapport a non seulement sensibilisé le consommateur, mais aussi les différents acteurs de réseaux, opérateurs et fournisseurs de service, qui ont manifesté leur intérêt pour trouver des solutions.»

Augmentation constante

Car avec une offre de streaming en constante multiplication, la situation devient alarmante. Outre Netflix, dont le nombre d’abonnés vient de passer à 158 millions au troisième trimestre, le marché vient d’accueillir deux nouveaux mastodontes, Apple et Disney, tandis que d’autres se profilent. Et on ne parle pas des sites de musique fournissant de plus en plus de fichiers Hi-Res, qui font exploser les débits, ni des plateformes de jeux vidéo, comme Apple Arcade, lancée en septembre dernier.

La pollution engendrée par ces services a beau être invisible, elle n’en est pas moins réelle et nocive. Selon Shift Project, la facture totale du numérique est d’ailleurs en train de dépasser le secteur de l’aviation civile, avec 4% des gaz à effet de serre du monde, et pourrait doubler d’ici à 2025, pour rejoindre la part occupée aujourd’hui par l’usage de la voiture.

Principal coupable? Le streaming vidéo, donc, à l’origine du 60% de ces émissions. C’est la vidéo à la demande (VOD) – Amazon, Netflix et maintenant Apple et Disney – qui domine avec 34% du total, soit 102 millions de tonnes de CO2 rejetées dans l’atmosphère. Viennent ensuite les vidéos issues des sites pornographiques (27%), puis les hébergeurs internet – YouTube, Daily Motion ou encore Vimeo – (21%), et enfin les «autres», comprenant notamment les vidéos échangées sur les réseaux sociaux (18%).

Mais qu’en est-il exactement du coût environnemental d’une séquence visionnée sur le Net? Pour aider les internautes à prendre conscience de leur empreinte carbone, Shift Project propose de télécharger Carbonalyzer, une extension de navigateur internet (malheureusement uniquement disponible pour Mozilla) qui mesure la pollution de notre activité sur la Toile. Il suffit de lancer une vidéo pour voir s’afficher notre production de CO2 en temps réel.

Ce qu’on a fait: après une heure d’un documentaire en définition standard (720p), on a ainsi libéré 28 g de gaz carbonique dans l’atmosphère, soit l’équivalent de 240 mètres parcourus en voiture. Mais les chiffres explosent lorsque l’on passe en haute définition: 690 g de CO2 en 4K (3,2 km en voiture); 1590 g en 8K (7,3 km)!

Source: YouTube

«Prôner la sobriété»

Alors que faire pour baisser la facture environnementale? Du côté des internautes, peu de chose. Tout au plus, Maxime Efoui-Hess préconise-t-il de préférer le téléchargement au streaming, de stocker ses données sur un disque externe plutôt que dans le Cloud, ou de privilégier le visionnage de vidéos en basse résolution.

«L’idée de ce rapport est justement d’identifier les aspects où l’on peut économiser sans que ce soit douloureux pour le consommateur, continue-t-il. On prône ainsi la sobriété numérique. Baisser au maximum la résolution d’une vidéo visionnée, du moins sans que l’on ait l’impression de ne plus profiter du contenu, c’est un début.»

Mais le consommateur qui vient de dépenser 4000 francs pour un téléviseur haut de gamme acceptera-t-il d’y afficher une résolution médiocre?

Mesures insuffisantes

Le rapport pointe aussi du doigt les sites internet qui abritent des petites vidéos se déclenchant automatiquement à la lecture, que ce soit sur YouTube ou Instagram, ou encore celles qui suivent l’internaute lorsque celui-ci navigue verticalement dans une page. Comme quoi, les améliorations doivent aussi venir des designers de sites.

Mais la plus grosse inquiétude vient évidemment des hébergeurs de contenu et de la prolifération de leurs data centers. Ceux-ci font pourtant des efforts. Ainsi, la société Amazon Web Services, qui alimente toute une série de clients, de la maison mère à Netflix, a annoncé vouloir réduire ses émissions de carbone et atteindre une consommation d’énergie renouvelable de 80% d’ici à 2024, et 100% d’ici à 2030.

Le tout grâce à de nombreux projets d’énergie renouvelable éolienne et solaire à grande échelle. Même combat du côté de Google, qui déclarait, il y a deux mois, avoir signé de nouveaux accords énergétiques afin de compenser entièrement sa consommation en électricité annuelle avec des énergies renouvelables. L’an passé, le géant de Mountain View avait même investi 700 millions de dollars dans la construction d’un data center vert dopé à l’intelligence artificielle.

«Le problème, c’est que ça ne suffit pas, précise Maxime Efoui-Hess. Quand leurs usines se branchent sur le réseau, ils consomment de l’électricité comme tout le monde. Alors oui, ils financent des projets d’énergie verte, mais dans la plupart des cas loin de leurs data centers. Ce qui fait qu’on ne diminue pas les émissions: on limite simplement leur augmentation. En gros, on évite de construire une nouvelle centrale à charbon alors qu’implanter une éolienne devrait plutôt permettre d’éteindre une centrale quelque part. Et au final, ça ne sert à rien. Ils font des efforts, on ne crache pas dessus, mais ce qu’il faut maintenant, c’est une nette diminution.»

Créé: 21.11.2019, 12h15

En chiffres

304

En millions de tonnes, le poids annuel des émissions de CO2 dû au seul streaming, soit 1% des émissions mondiales.

1590

En grammes, le poids de gaz carbonique libéré dans l’atmosphère après une heure de visionnage d’un documentaire en haute définition (8K), soit l’équivalent de 7,3 km parcourus en voiture.

Articles en relation

Apple tue iTunes pour coller à la vague du streaming

Technologie La plateforme sera remplacée par trois applications, dont l’une devrait conserver les musiques acquises depuis 2001. Plus...

Entre les géants du streaming, la bataille du podcast vient de démarrer

Médias Editorial Au vu du succès croissant de ces contenus audio exclusifs, la RTS développe depuis quelques mois sa propre offre. Plus...

Combien de temps entre la salle de ciné et le streaming?

Films «Le vent tourne» production franco-suisse vient de sortir sur internet. L’occasion de faire le point. Plus...

Netflix, le mastodonte qui dicte ses règles

Vidéo à la demande Pour réussir à vendre son film au géant du streaming, il faut jouer des coudes. Jean-Cosme Delaloye, réalisateur suisse du documentaire «Stray Bullet», a tout fait pour y parvenir Plus...

Les nouveaux diffuseurs ont tous les droits et occupent tous les terrains

Droits télé Les réseaux sociaux, les opérateurs de communication et les câblo-opérateurs se bousculent au portillon pour s’assurer le contrôle du live streaming. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.