Passer au contenu principal

Ce qu'il faut savoir sur les régionales en France

Vote sanction, montée du FN, fin de la bipolarisation et guerre idéologique dans les Conseils régionaux... Ce que nous annonce les régionales.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration.
Lucien Fortunati

Que peut-on d’ores et déjà dire des élections régionales des 6 et 13 décembre en France?

1. Sanction. D’abord, ce scrutin est une élection intermédiaire (entre deux présidentielles). Et à ce titre, elle sera comme toujours défavorable au pouvoir en place. Elle le sera d’autant plus que la Parti socialiste dirigeait 21 des 22 régions de France jusqu'ici. Le parti au pouvoir ne peut donc que perdre du terrain. Ramenées à 13, les nouvelles régions ne vont cependant pas toutes échapper au Parti socialiste, malgré l’insatisfaction des Français. Car le PS est devenu un parti d’élus, de notables, et qu’il dispose d’une implantation locale et régionale qui va amortir sa chute. En outre, le maintien des listes du FN au second tour provoquant des triangulaires, pourrait lui permettre de gagner tout de même des régions où sa liste ne sera pas arrivée en tête.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.