La question des droits de l’homme rattrape le Kremlin en plein mondial de foot

RussieOleg Sentsov poursuit sa grève de la faim, Oïoub Titiev est toujours en prison et Iouri Dmitriev a été à nouveau arrêté.

Le cinéaste ukrainien, Oleg Sentsov poursuit sa grève de la faim.

Le cinéaste ukrainien, Oleg Sentsov poursuit sa grève de la faim.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Loin du mondial, plusieurs cas de violation des droits de l’homme jettent une ombre sur la belle fête du football orchestrée par le Kremlin de Vladimir Poutine. Aux supporteurs et téléspectateurs, Moscou et les dix autres villes hôtes montrent une Russie enthousiaste, belle et accueillante. «Mais l’autre Russie de Vladimir Poutine, celle de la répression, continue d’exister… Pendant la Coupe du monde et surtout après cette vague d’euphorie, les autorités vont se croire tout permis», prévient Tanya Lokshina, directrice du bureau moscovite de Human Rights Watch. Avant la cérémonie d’ouverture déjà, l’ONG avait déploré que le mondial ait lieu «durant la pire crise des droits de l’homme en Russie depuis l’époque soviétique».

Dans l’indifférence générale en pleine fièvre du ballon rond, Oleg Sentsov poursuit notamment sa grève de la faim. Le cinéaste ukrainien prisonnier en Russie, 41 ans, ne se nourrit plus depuis près d’un mois et demi. Ses proches s’inquiètent. L’état de santé de l’opposant à l’annexion de la Crimée, condamné à vingt ans de prison pour «terrorisme» et «trafic d’armes» à l’issue d’un procès qualifié de «stalinien» par Amnesty International, se détériore vite avec des problèmes aux reins et au cœur. «Tout le monde a compris que je ne céderai pas», a prévenu Oleg Sentsov, exigeant sa libération et celle d’autres «prisonniers politiques» ukrainiens en Russie.

La communauté internationale s’est certes mobilisée. Des personnalités artistiques et politiques ont rejoint les cinéastes russes Andreï Zviaguintsev et Pavel Lounguine pour demander à Vladimir Poutine de gracier Oleg Sentsov. Les pays du G7 se sont dits «très préoccupés» par son sort, appelant Moscou et Kiev à négocier un échange bilatéral de prisonniers. Le secrétaire général du Conseil de l’Europe Thorbjørn Jagland, en visite à Moscou, a demandé directement aux autorités russes la grâce du cinéaste «pour raisons humanitaires». Sans résultats pour le moment alors que, dans sa prison du grand nord russe, Oleg Sentsov s’est vu administrer une alimentation par goutte-à-goutte de vitamines.

«Pendant la Coupe du monde, la répression continue», a prévenu Reporters sans frontières. Heureux hasard de la justice russe, le principal leader de l’opposition, Alexeï Navalny, a certes été libéré juste avant le coup d’envoi du mondial après avoir purgé trente jours de détention pour une manifestation non-autorisée. Et son frère vient lui aussi de retrouver la liberté, après trois ans et demi de prison pour une affaire de détournement de fonds qu’il estime motivée politiquement.

Mais Oïoub Titiev, le responsable en Tchétchénie de Memorial, rare ONG russe des droits de l’homme, est toujours incarcéré après une controversée affaire judiciaire. Et c’est désormais le sort d’Iouri Dmitriev, célèbre historien de Memorial connu pour son travail sur la répression stalinienne, qui inquiète les défenseurs des droits de l’homme. Poursuivi dans une polémique affaire de pédopornographie, Iouri Dmitriev a d’abord vu en début de mondial son acquittement annulé par la justice. Et, jeudi dernier, il a de nouveau été arrêté.

Iouri Dmitriev, 62 ans, est cette fois poursuivi pour violences sexuelles. «Il faut être très prudent sur les faits», reconnaît Tanya Lokshina, directrice en Russie de HRW. «Mais nous devons aussi être très méfiants sur le timing de cette arrestation», insiste-t-elle alors que le mondial bat son plein et que la presse occidentale est surtout intéressée par le sort des équipes internationales de football. Benjamin Quenelle (24 heures)

Créé: 01.07.2018, 17h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.