Passer au contenu principal

Union européenneLa «refondation» démocratique de Macron

En visite en Grèce, le président français va présenter son projet de «refondation» démocratique de l'Union européenne.

«Où mieux qu'à Athènes, où la crise de la zone euro a éclaté, pouvait-on démarrer cette nouvelle phase?», plaide Emmanuel Macron à propos de son projet de «refondation» démocratique de l'Union européenne. (Photo d'archives)
«Où mieux qu'à Athènes, où la crise de la zone euro a éclaté, pouvait-on démarrer cette nouvelle phase?», plaide Emmanuel Macron à propos de son projet de «refondation» démocratique de l'Union européenne. (Photo d'archives)
AFP

Le président français Emmanuel Macron va exposer jeudi son ambitieux projet de «refondation» pour une Europe plus démocratique en s'exprimant sur les lieux mêmes où la démocratie a été inventée, au premier jour de sa visite en Grèce.

C'est avec l'Acropole en toile de fond que le chef de l'Etat français prononcera en fin de journée un discours consacré au «nouveau projet européen» qu'il prône depuis son élection en mai. Le site en plein air choisi est hautement symbolique puisque la colline boisée de la Pnyx a accueilli les réunions de l'Ecclésia, l'assemblée des citoyens qui votaient à main levée les lois durant «l'âge d'or» de la démocratie athénienne au Ve siècle avant J-C.

S'exprimant devant «beaucoup de jeunes», selon l'Elysée, Emmanuel Macron y enverra son «message sur la relance de l'Europe» aux côtés du Premier ministre grec Alexis Tsipras.

Les deux jeunes dirigeants, âgés de 39 et 43 ans, s'accordent sur la nécessité de redonner un nouveau souffle à une Union européenne mal-aimée car jugée peu démocratique et éloignée de ses habitants. «Où mieux qu'à Athènes, où la crise de la zone euro a éclaté, pouvait-on démarrer cette nouvelle phase?», plaide l'Elysée.

Le contexte est jugé favorable par l'exécutif français puisque la Grèce affiche les signes d'un timide redressement avec un retour de la croissance, un retour d'investissements et une légère décrue du chômage, grâce notamment à une saison touristique record.

«Confiance»

Mais le chômage reste le plus élevé de la zone euro, et les Grecs, surtout les jeunes, affrontent une précarisation de l'emploi grandissante. Athènes espère sortir de la tutelle budgétaire internationale lorsque prendra fin le troisième plan d'aide en août 2018. La Grèce comptera alors sur la France pour l'aider à obtenir un rééchelonnement de sa dette colossale.

Le quotidien grec des affaires Naftemporiki a indiqué mercredi attendre un «double message» de la part d'Emmanuel Macron: «un message de confiance en la Grèce et les Grecs sur la reprise économique» et «un second à toute l'Europe», sur «la crise de la démocratie qui ébranle le vieux continent».

Dans son discours, le président français devrait donc détailler sa méthode, qui s'appuie sur la mise en place de conventions démocratiques dans toute l'UE à partir de l'année prochaine.

Les contours de ce «débat délibératif» restent encore vagues, mais Emmanuel Macron prévoit de le présenter à ses partenaires européens «à l'automne», une fois passée l'étape des élections législatives allemandes.

Pour l'Elysée, cette «refondation» démocratique se doit d'être innovante. Car elle ne peut être basée sur «la méthode traditionnelle où on ferait un congrès ou un conclave pendant quelques semaines jusqu'à ce que la fumée blanche d'un traité (...) sorte».

«Opportunités»

La visite grecque a également une forte dimension économique puisque Emmanuel Macron est accompagné du ministre de l'Economie Bruno Le Maire et d'une quarantaine de patrons de grands groupes français comme Engie ou Suez, et de start-up ayant percé sur le marché grec comme KissKiss BankBank.

La France, qui représente 10% des investissements étrangers directs en Grèce, ne veut pas laisser les «importantes opportunités» qui s'ouvrent avec la reprise et le programme de privatisations au bénéfice des seules entreprises chinoises et allemandes.

Après la reprise du port du Pirée, le plus grand du pays, par un groupe chinois, un consortium comprenant le groupe marseillais CMA CGM, a récemment obtenu la gestion du port de Thessalonique, tandis que l'Allemand Fraport emportait celle de 14 aéroports du pays.

Vendredi, Emmanuel Macron, accompagné de son épouse Brigitte, fera aussi le point sur la coopération archéologique entre la France et la Grèce et s'adressera à la communauté française. Pour cette visite, des mesures de sécurité draconiennes ont été prises dans le centre d'Athènes par les autorités grecques.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.