Passer au contenu principal

La reine dicte les conditions de la nouvelle vie d’Harry et Meghan

Humaine, la souveraine britannique a accepté le départ de son petit-fils et de sa famille. Impitoyable, elle leur refuse la possibilité d’être des membres à temps partiel de la famille royale.

La reine est restée ferme, fidèle à ses habitudes.
La reine est restée ferme, fidèle à ses habitudes.
AFP

Harry et Meghan voulaient changer de vie. Le duc et la duchesse de Sussex avaient annoncé leur volonté de «ne plus être des membres «majeurs» de la famille royale». Le couperet est tombé samedi soir: impossible d’être un membre à temps partiel de la famille royale britannique.

Comme lors de sa réponse initiale à la sortie surprise de son petit-fils et de son épouse le 8 janvier, la reine Elisabeth II a soufflé le chaud et le froid. Son communiqué personnel se concentre sur les relations de la grand-mère qu’elle est avec «son petit-fils et sa famille». Elle rappelle qu’«Harry, Meghan et Archie seront toujours des membres vraiment aimés de ma famille» et que «c’est l’espoir de toute ma famille que l’accord d’aujourd’hui leur permette de construire une nouvelle vie heureuse et paisible».

La reine a envoyé des piques directes et inhabituelles envers les tabloïds, qui ont répandu et alimenté des rumeurs sur des rixes entre Harry et son frère William et entre Meghan et sa belle-sœur Kate, et surtout fait reposer la cause de cette crise sur les épaules de la jeune épouse. Elle se déclare ainsi «particulièrement fière de la manière dont Meghan est devenue aussi rapidement un membre de la famille» et reconnaît «les défis engendrés par l’examen intense subi au cours des deux dernières années» au regard du traitement de la presse.

La grand-mère passe pourtant le flambeau à la souveraine. Le ton et son contenu se révèlent cinglants. Le couple avait été critiqué pour sa volonté de garder le beurre (une vie à l’étranger sans devoirs ni obligations) et l’argent du beurre (des subventions publiques et familiales, et un titre prestigieux). Elisabeth II accepte la décision du couple mais pose ses conditions, radicales: «Il leur est demandé de se retirer de leurs obligations royales, notamment de leurs nominations militaires officielles. [..] Les Sussex n’utiliseront pas leurs titres d’altesses royales puisqu’ils ne sont plus des membres actifs de la famille royale.» La symbolique est forte. Si Harry demeure prince et si le couple demeure des altesses royales, ils ne pourront pas utiliser ce titre publiquement. Harry se voit également déchoir de ses nominations militaires, un élément douloureux pour celui qui a dit avoir vécu des moments charnières lors de ses années passées à l’armée. Les Sussex ne recevront plus de fonds publics, rembourseront les 3 millions de francs dépensés par l’État dans la rénovation de leur demeure anglaise de Frogmore Cottage, où ils ne résideront qu’exceptionnellement, et pourraient ne plus recevoir les 3 millions que versait annuellement le prince Charles à son fils.

Si tous deux peuvent entamer une carrière professionnelle, ils s’engagent à «défendre les valeurs de Sa Majesté». La carrière d’actrice de Meghan est ciblée: elle ne sera jamais une star hollywoodienne comme les autres et ne pourra pas accepter n’importe quel rôle. Hollywood attendra avant de présenter une princesse sur ses écrans.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.