Le «remue-méninges» de Macron commence mal

FranceL’initiative vise à calmer les «gilets jaunes». Mais la polémique sur son salaire contraint Chantal Jouanno, organisatrice de ce débat, à renoncer à le piloter

D’un montant de plus de 14 000 euros, le salaire de l’organisatrice du Grand débat national, Chantal Jouanno, fait scandale.

D’un montant de plus de 14 000 euros, le salaire de l’organisatrice du Grand débat national, Chantal Jouanno, fait scandale. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La colère des «gilets jaunes» visant de plus en plus les institutions françaises, le président Macron a tenté de la désamorcer en annonçant la tenue d’un «Grand débat national» qui sera lancé le 15 janvier. Mais avant même de commencer, ce vaste «remue-méninges» est frappé par la plus complète confusion.

L’organisation de ce grand débat national avait été confiée, ès qualités, à la présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP), l’ancienne ministre des Sports de Sarkozy, Chantal Jouanno. Or, cette dernière a annoncé mardi soir au «20 Heures» de France 2 qu’elle renonçait à piloter cette opération. En cause, la vive polémique qui a éclaté à propos du coquet montant de son salaire: 14 666 euros bruts par mois (16 462 francs), rémunération proche de celle du président de la République, 15 140 euros mensuels (près de 17 000 fr.).

Nouveau pilote

L’ancienne championne d’Europe universitaire de karaté a donc déclaré forfait et renonce à organiser ce grand débat afin de ne pas nuire à son déroulement. En revanche, elle reste présidente de la CNDP tout en remettant dans les mains du président Macron et de son gouvernement la question du montant de sa rémunération. De plus, le gouvernement devra trouver un autre pilote pour mener à bien cette consultation «grand format».

Ce nouveau «couac» gouvernemental va entraîner les Français loin des thèmes du grand débat national. Or, il aurait été essentiel qu’il fût d’emblée placé sur de bons rails, tant cette initiative du président apparaît confuse et touffue.

Emmanuel Macron a déterminé quatre axes de discussion: la transition écologique (transports, équipement des logements); la fiscalité (lien entre impôts, dépenses et services publics); l’organisation de l’État et des collectivités publiques; et le débat démocratique (mieux associer les citoyens à la prise de décision, réponses aux questions sur l’immigration).

Sur le plan pratique, comment faire participer tout un chacun à ce débat? Pour le moment, cet aspect essentiel ne paraît pas d’une lumineuse clarté. Chacun peut organiser un débat dans son quartier, sa commune, son association en s’aidant d’un «kit» qui serait plutôt une sorte de «mode d’emploi». Des conférences de citoyens tirés au sort seront organisées dans chaque région pour examiner les propositions émises par les débats locaux. Une plateforme en ligne fera remonter les contributions à l’échelon national. Les maires et autres élus locaux seront forcément sollicités pour mettre en place ces dispositifs.

Tout sauf…

De quoi discutera-t-on? «De tout», avait promis Chantal Jouanno avant sa défection. Néanmoins, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a posé quelques bornes à ne pas franchir: on ne débattra ni du mariage gay, ni de l’avortement, ni de la peine de mort. En outre, l’Élysée a confirmé, hier, que l’extension aux plus riches contribuables de la suppression de la taxe d’habitation sera l’un des sujets à débattre. À la fin de cette consultation d’un genre inédit, soit le 15 mars, une synthèse finale sera effectuée. Elle aurait dû être rédigée par Chantal Jouanno. Ce sera donc une autre personne, encore à désigner par le gouvernement, qui devra s’en charger.

Que fera le président Macron de ces travaux? Peut-être un référendum comprenant plusieurs sujets issus de ce grand débat national.

Créé: 08.01.2019, 22h22

La cagnotte de soutien à l’ex-boxeur fait scandale

Une cagnotte de soutien à l’ancien boxeur Christophe Dettinger, soupçonné d’avoir agressé deux gendarmes, samedi à Paris lors de la manifestation des «gilets jaunes», a rencontré un vif succès – plus de 117 000 euros récoltés – avant d’être close mardi devant le tollé suscité par l’initiative.
Cette fermeture a rapidement été condamnée par le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon. «Le but de ceux qui veulent interdire cette collecte est de détruire la famille aussi. Honte à eux», a-t-il tweeté.

Dans un autre tweet, la gendarmerie nationale a estimé que la clôture «logique» de la cagnotte n’enlevait «rien à son caractère choquant». Le succès de l’initiative avait suscité une avalanche de réactions politiques indignées, notamment dans le camp du gouvernement. La ministre des Transports, Élisabeth Borne, a ainsi estimé que le succès de cette cagnotte était «choquant». «Apparemment, ça rapporte de frapper un policier», a tweeté de son côté le secrétaire d’État chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi.

Par ailleurs, une cagnotte en ligne pour les forces de l’ordre blessées lors des manifestations de «gilets jaunes», lancée par le président LR de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier, a dépassé mardi les 100 000 euros de dons en quelques heures.
B.BR./Agences

Articles en relation

Face aux «gilets jaunes», Mélenchon divise à gauche

France Le leader de la France insoumise dit sa «fascination» pour Éric Drouet, l’un des meneurs de la contestation arrêté mercredi. Plus...

«Si on ne va pas vers le peuple, le peuple ira vers le populisme»

«Gilets jaunes» Avant tout le monde, Christophe Guilluy s’est penché sur la France périphérique: il livre ici son analyse des «gilets jaunes». Plus...

«Macron s’est fait élire en promettant d’écouter la société. Il a fait le contraire! »

France Interview Marcel Gauchet est historien et philosophe, rédacteur en chef de la revue «Le Débat». Pour lui, la crise des gilets jaunes reflète une énorme déception après l’élection d’Emmanuel Macron. Interview Plus...

La colère jaune faiblit mais pourrait clignoter encore

France La baisse de mobilisation des «gilets jaunes» marque un répit pour le gouvernement et un tournant pour le mouvement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.