Passer au contenu principal

BrexitUn report du divorce n'est désormais plus exclu

Programmé le 29 mars, le Brexit pourrait être reporté à la demande de Theresa May. L'UE y serait prête afin d'éviter le chaos.

La large victoire promise au Premier ministre conservateur britannique Boris Johnson aux législatives lui laisse les coudées franches pour définir quel type de Brexit il compte mettre en oeuvre, en restant plus ou moins proche de l'UE. (Vendredi 13 décembre 2019)
La large victoire promise au Premier ministre conservateur britannique Boris Johnson aux législatives lui laisse les coudées franches pour définir quel type de Brexit il compte mettre en oeuvre, en restant plus ou moins proche de l'UE. (Vendredi 13 décembre 2019)
AFP
Une diplomate britannique chargée du Brexit à l'ambassade de Washington a démissionné, fatiguée des «demi-vérités». (Vendredi 6 décembre 2019)
Une diplomate britannique chargée du Brexit à l'ambassade de Washington a démissionné, fatiguée des «demi-vérités». (Vendredi 6 décembre 2019)
AFP
D'«intenses» discussions de dernière minute dimanche à Bruxelles n'ont pas suffi à débloquer les négociations sur le départ britannique de l'Union européenne, qui butent encore et toujours sur le sort de la frontière irlandaise après le Brexit. (Dimanche 14 octobre 2018)
D'«intenses» discussions de dernière minute dimanche à Bruxelles n'ont pas suffi à débloquer les négociations sur le départ britannique de l'Union européenne, qui butent encore et toujours sur le sort de la frontière irlandaise après le Brexit. (Dimanche 14 octobre 2018)
Keystone
1 / 150

Theresa May n'exclut plus de demander un report de la date fatidique du Brexit, programmé le 29 mars. Les Européens sont prêts de leur côté à jouer des prolongations pour éviter un divorce chaotique, mais pas à n'importe quel prix.

Après s'y être longtemps refusée, la Première ministre britannique pourrait finalement proposer un décalage «limité» du divorce devant le Parlement britannique, au terme de la semaine cruciale de votes qui doit commencer mardi à Londres.

Selon la stratégie qu'elle a exposée, elle abattrait cette carte si les députés rejettent une nouvelle fois son accord de divorce négocié avec Bruxelles et qu'ils se prononcent ensuite malgré cela contre le scénario redouté d'un départ de l'UE sans accord.

En réalité, du point de vue des Européens, un report sera nécessaire même en cas de feu vert du Parlement britannique à l'accord de divorce. Car dans ce cas, «les institutions européennes feront le nécessaire de leurs côtés mais les Britanniques nous ont dit par le passé qu'il leur fallait deux mois pour ratifier», a récemment déclaré le négociateur en chef européen Michel Barnier.

Une court décalage «technique» de la date du Brexit, uniquement destiné à mener ces procédures de ratification, ne poserait alors pas de problème aux Européens, selon le Français. Mais une demande de report sans perspective claire qu'un accord est à portée de main serait une toute autre affaire.

«Pas automatique»

«L'extension ne sera pas accordée automatiquement, ce n'est pas aussi simple que ça», assure un haut responsable européen, rappelant qu'une telle décision devrait être prise à l'unanimité des 27, probablement lors du sommet européen des 21-22 mars.

«La grande crainte des dirigeants des 27, c'est d'approuver une prolongation qui au final ne servirait qu'à repousser juste avant l'été le Brexit dur», selon cette source. «Ce débat, les chefs d'Etat ne l'ont pas encore eu entre eux et leur décision dépendra du contexte quand la demande leur sera faite», ajoute-t-elle.

Les Européens n'accepteront pas «d'avancer à l'aveugle», leur position sera fonction «de la durée et de la finalité de l'extension demandée», estime un diplomate. Et si un report de longue durée devait être demandé, supérieur à quelques semaines, «il faudrait qu'il y ait une vraie justification comme l'organisation d'élections, d'un référendum ou un changement de la position britannique», ajoute-t-il.

Des informations parues dans la presse selon lesquelles l'UE serait favorable à un report jusqu'à fin 2020 ne sont pas exactes selon une autre source, proche des négociations, car ce serait «la pire des choses pour les deux parties».

L'UE «paralysée»?

«Cela semble impossible d'un point de vue politique d'envisager ça pour les Britanniques. Et côté européen, comment s'infligerait-on encore 21 mois d'incertitude?», dit-elle, estimant que «l'intérêt de tout le monde c'est d'avoir de la clarté le plus rapidement possible».

Parmi les problèmes que poserait un report trop long figure notamment celui des élections européennes, prévues fin mai. D'un point de vue juridique, le Royaume-Uni serait dans l'obligation d'organiser ce scrutin sur son territoire s'il doit encore être membre de l'UE au moment de la session inaugurale du nouveau Parlement européen début juillet.

«Si le Brexit est retardé, mais que le Royaume-Uni ne participe pas aux élections, des actions en justice pourraient être lancées avec succès, et le Parlement risque de ne pas être en mesure de se constituer, paralysant ainsi l'UE», s'est ainsi alarmé l'eurodéputé social-démocrate allemand Jo Leinen.

Selon un avis des services du Parlement, consulté par l'AFP, le nouveau Parlement issu des européennes serait toutefois valide même si un Royaume-Uni encore dans l'UE ne respectait pas son obligation d'organiser des élections.

Mais tous ces débats sur les conséquences d'un éventuel report du divorce pourraient ne pas avoir lieu d'être: «Il y a toujours le risque d'un Brexit dur» le 29 mars, sans retard mais sans accord, observe une source européenne.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.